Maurice serait en présence d’une fin de non-recevoir de la part de l’Union européenne (UE) en ce qui concerne les démarches au sujet de l’adoption de la Black List en matière de lutte contre le blanchiment de fonds et le financement du terrorisme. Cette liste, qui attend la confirmation du Parlement européen et du Conseil de l’Europe, devra entrer en vigueur le 1er octobre prochain.

C’est du moins ce qui découle de l’échange téléphonique de lundi dernier entre le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et le président européen Charles Michel. Néanmoins, à hier, aucun détail n’a filtré officiellement sur la réaction de Bruxelles à cette tentative de Maurice d’éviter la sanction de la Black List.

Lors des échanges sur la PNQ, le leader de l’opposition a tenté de provoquer le Premier ministre en vue d’obtenir des détails sur des derniers développements à ce sujet mais en vain. Cependant, des recoupements d’informations dans des milieux officieux indiquent que Charles Michel aurait fait comprendre que Maurice devra d’abord sortir de la Grey List de la Financial Action Task Force avant de revenir frapper à la porte de Bruxelles.