Ha, ha ! Vous ne vous attendiez pas à cela, mes chers petits enfants ! Cette année, on a décidé de délaisser le Père Noël, Santa Claus, qui a un peu râlé par ce temps de COVID-19 par peur d’attraper le virus. Mais Madame Claus, alias Stéphanie Bax Poupard, a enchanté plus d’un en créant, aux Écuries de Mon Rocher, le premier village du Pôle Nord, qui a attiré 10 000 personnes et qui, selon nous, mérite bien cette reconnaissance de première dame, Mère Noël sous les tropiques. Accrochez-vous, la balade avec Mère Noël est des plus divertissante, d’autant plus qu’elle a de belles gambettes et qu’elle sait faire des sauts aériens  en compagnie de son fidèle cheval Rockteere.

Stéphanie, un prénom qui reste bien dans le thème de l’Épiphanie. Elle est grande, mince et se promène avec sa robe rouge retenue à la taille par une ceinture, et quand elle n’est pas en bottes, la Mère Noël enfile ses chaussettes et ses tennis, les cheveux retenus en queue-de-cheval. Drôle de petite bonnefemme…

Aux Écuries de Mon Rocher, où elle s’est installée, la chère Mère Noël a eu la brillante idée de créer tout un village dédié à la magie du Père Noël. De grands ours automates, de la neige, des igloos, l’antre du Père Noël, la forêt enchantée avec ses fées, les personnages de Disney, les voltiges à dos de cheval… Tout a été magique les deux week-ends précédents la fête de Noël aux Écuries de Mon Rocher.

Son village de Noël, Stéphanie Bax Poupard l’a transposé avec amour et avec, dans les allées, des flamboyants rouges comme un rappel des festivités.  Sa touche de village elle l’a voulue à la fois moderne pour rester dans le ton des tropiques, mais en conservant une touche traditionnelle de neige, des rênes, des traîneaux et, surtout, l’habitat du Père Noël, heureux d’accueillir les petits pour une photo souvenir.

Quand on voit le petit atelier de pain d’épices, on se demande, chers enfants, si notre Mère Noël n’est pas une croque-mitaine. Oh…(moment de suspense)… je blague évidemment. Elle a dans la voix cette douceur enchanteresse et, dans le regard, l’émerveillement d’un enfant. Ce n’est pas pour rien qu’elle a collectionné, depuis 43 ans, tout un univers de jouets lié à la magie de Noël. Notre Mère Noël des Tropiques a 43 ans et est maman d’une petite Maëllys, six ans.

Cette vision féerique de Noël, Stéphanie la doit grandement à sa mère Glynis, une artiste-décoratrice de vitrines des plus grands magasins et qui a su lui insuffler sa passion d’un autre univers empreint d’une touche plus colorée. Elle a découvert la maison du Père Noël en Angleterre dans un centre commercial et s’est même dégottée sa machine à bonbons au prénom de Stéphanie, le sien et son Sweet Shop. Depuis, elle a une quarantaine d’objets de collectors de Noël, les uns plus hétéroclites que les autres. Des machines qui s’éclairent et qui s’animent. On y voit des fêtes foraines, des manèges, une panoplie de couleurs et de décor, bien planté rappelant des villages, des chalets, des rênes, le Père Noël, évidemment, mais aussi toute une vie de village qui tourne autour d’un seul mot : Noël.

Garder intacte cette magie de Noël

Son initiale S la rapproche de SC, Santa Claus, le bon vieux Père Noël et son tonitruant… Ho, Ho, Ho.  L’histoire de Stéphanie pour cette magie de Noël a pris naissance lorsqu’elle s’est vue offrir, des mains du Père Noël anglais, des crayons de couleur et, ses frères, des épées de Zorro. Elle en rigole en contant cette histoire qui la ramène dans ses lointains souvenirs. Mais sa vraie passion du Père Noël a été au Winter Wonderland, où de ses yeux d’enfant émerveillée, elle a découvert un marché de Noël décoré à la manière d’un village.

Ce qu’elle a réalisé, à  sa manière, pour la première fois cette année. « J’ai accueilli 2 000 personnes par jour sur deux week-ends et il a même fallu rajouter un jour un vendredi, tellement il y avait un engouement au niveau de la demande », relate Mère Noël.

Sur un plan personnel, Mère Noël raconte qu’elle est en retard et n’a pu préparer son Christmas Cake et ses petits cookies à diverses effigies de Noël, le tout accompagné d’un grand plateau de fruits. « Je  me suis rattrapée avec la création du Village de Noël et j’ai même convié plusieurs enfants des différentes associations qui n’avaient pas les moyens de s’offrir un tel paysage visuel. » La Mère Noël exerce un métier qui sort de l’ordinaire. Elle sait dresser les chevaux et, aux Écuries de Mon Rocher, cela ne chôme pas, avec 78 chevaux. Pendant le confinement, une équipe du personnel a été mobilisée pour s’occuper des chevaux et les garder en bonne santé.

Prochain village de Noël 2021

Un peu garçon manqué sur les bords, la Mère Noël. Elle hoche la tête et part d’un grand éclat de rire : « Je ne suis pas du tout coquette et pas de maquillage, le naturel me sied le mieux. » Comme un électron libre, Stéphanie est aussi une femme solaire, appréciant les valeurs de la vie et le bonheur qui se lit sur les visages des petits. On la croit une Wonderwoman, une femme remplie de pouvoirs à changer le monde, mais Mère Noël nous confie avoir eu ses moments de peine, suite à une grave intoxication alimentaire liée  à la consommation de poisson, qui l’avait laissée pendant cinq mois paralysée. Elle en ressent encore des douleurs dans son bras droit, mais elle n’est pas du tout pleurnicharde et pense déjà à son prochain village de Noël 2021.

Stéphanie se l’imagine avec un vrai canon à neige et plein de fées qui, comme dans les contes des Mille et Une nuits, se pencheraient sur le berceau de chaque enfant lui prédisant un bel avenir. Une île Maurice en communion les uns avec les autres et une disparition totale de la pandémie permettant un meilleur envol de notre tourisme figure aussi parmi ses souhaits.

Alors qu’à la féerie de Noël, on trouve aussi des elfes et des lutins pour préparer les cadeaux du Père Noël, Stéphanie, elle, a créé des personnages de fées à la fois candides, rigolotes, mais toutes capables de réaliser les vœux des petits. Pour cette fête de Noël, son message s’adresse spécialement, en tant que mère, à tous les enfants de Maurice et du monde entier : « Que chaque enfant ne soit jamais privé d’amour et de tendresse, un tout petit cadeau ne serait-ce qu’une main tendue ou un geste venant du cœur contribue à aider l’enfant à grandir dans un monde d’amour. Lui en priver serait une erreur, c’est la raison pour laquelle j’ai créé le Village du Père Noël pour que cette fête soit un moment magique tout comme moi qui avais reçu des crayons de couleur du Père Noël. J’ignorais à cet instant que j’allais pouvoir mettre des couleurs dans la vie de petits innocents et le Village a été un succès parce que chaque enfant a su retrouver une parcelle de cette magie de Noël. Ho Ho Ho que cet émerveillement continue à perdurer ».