– Le CEB récupère Rs 10,8 M auprès des contrevenants à travers diverses actions

Le Central Electricity Board (CEB) est bien décidé à mettre un terme aux connexions illégales sur ses réseaux électriques. Depuis 2015, le nombre de contrevenants est en baisse. Ainsi, il est passé de 1 574 en 2015 à 805 l’année dernière contre 846 en 2018, 1011 en 2017 et environ 1 200 en 2016. Qu’est-ce qui explique cette baisse ?

Selon les recoupements d’informations, la baisse s’est accentuée depuis d’installation des smart meters qui permettent de détecter momentanément des branchements illégaux sur les réseaux du CEB. Une fois détectée, une équipe du CEB se rend sur le terrain pour retirer les branchements illégaux et rétablir la connexion initiale. La note est alors passée au contrevenant. Si l’abonné refuse de payer l’addition, le cas est alors soumis au CID et des poursuites sont aussi engagées contre le contrevenant.

Les employés du CEB affectés au département de détection de fraudes utilisent aussi d’autres techniques pour identifier ceux qui trafiquent les compteurs du CEB pour ne pas payer la somme due. Ils descendent parfois sur le terrain pour effectuer des tournées chez des abonnés suspects et ils effectuent des analyses sur la consommation de l’électricité en se basant sur le relevé de consommation des abonnés. Il y a aussi des cas où ce sont les voisins de l’abonné qui dénoncent des branchements illégaux au CEB. À travers ces techniques, le CEB a pu récupérer la somme de Rs 10,8 millions environ entre juillet 2018 à juin Rs 2019 alors que pendant la période s’étendant de juillet 2016 à juin 2017, il avait récupéré la bagatelle de Rs 31,6 millions.

Par ailleurs, afin d’aider les quelque 2 242 employés à mieux effectuer leur travail, le CEB compte proposer un nouveau système d’appréciation de performance. L’actuel Performance Management Scheme sera ainsi revu. L’objectif de ce projet est d’inviter les employés à être plus productifs. Leur performance sera comptabilisée pour qu’ils soient qualifiés à une augmentation salariale annuelle. « The objective of the project is to review the current Performance Management Scheme for the payment of the annual increment and Productivity Bonus and to provide a solution to the organisation that will allow for both digital and manual Performance Management enabling the effective management of individual performance linked to the organisational strategy. The Performance Management System must be developmental in nature, and enable employees to drive their own development and careers within the organisation », indique un document relatif à ce projet.

Mis sur pied en 1952, le CEB compte 1 251 travailleurs manuels et 991 cadres administratifs. Une centaine d’entre eux est affectée au sein de l’administration, 498 dans la production, 950 du côté technique, 441 au Customer Service dans la chaîne de distribution, 46 au département des finances, une quarantaine au département des ressources humaines, etc.