Photo illustration

Chiens tailladés à l’aide d’un sabre ou brûlés à l’acide, chats retrouvés pendus, chiots et chatons enfermés dans des sacs plastiques et laissés pour morts… Chaque jour, on découvre, à travers les réseaux sociaux, les mauvais traitements et actes de cruauté de toutes sortes infligés aux animaux à Maurice. Ces sévices graves, pourtant répréhensibles par la loi, sont de plus en plus signalés et rapportés à la police, sans qu’aucune sanction ne soit prononcée contre les auteurs de ces crimes atroces.

Parmi les actes les plus malveillants, l’empoisonnement revient toujours comme un moyen de régler les problèmes de voisinage ou de lutter contre la prolifération de chiens et chats errants, qui représenteraient, pour certaines personnes, une nuisance. Les maîtres assistent souvent impuissants à la fin terrible de leur chien ou chat périssant dans d’atroces souffrances après avoir ingurgité des produits hautement toxiques mélangés à de la nourriture. Des groupes qui se consacrent au bien-être des animaux sur Facebook, certains préconisent aux propriétaires des antidotes comme le lait, les oeufs ou l’eau très salée pour provoquer le vomissement avant de conduire leurs animaux chez le vétérinaire. Quels sont les symptômes qui doivent attirer l’attention? Quels sont les bons gestes et réflexes à adopter et ceux à éviter dans des cas d’empoisonnement? La vétérinaire Naika Dewulf nous dit tout, en précisant que le charbon actif ou charbon végétal, connu pour ses qualités absorbantes, est un excellent produit à avoir sous la main avant de trouver le vétérinaire le plus proche.

C’est un acte particulièrement sournois, malveillant et cruel qui est malheureusement en constante augmentation à Maurice. L’appât est déposé pour attirer chiens et chats affamés. Une fois les raticides ou autres poisons antilimaces (qui sont soigneusement mélangés à de la nourriture) sont ingurgités, cela provoque dans les heures qui suivent des convulsions et autres difficultés respiratoires entraînant le décès de l’animal.

Malgré les efforts des bénévoles oeuvrant dans la lutte contre la prolifération des chiens et des chats en les faisant stériliser de leurs propres deniers et que des fonds sont créés pour permettre aux sauveteurs d’animaux de nourrir chiens et chats victimes d’abandon, l’empoisonnement délibéré des animaux domestiques reste un acte de cruauté très fréquent à Maurice. De nombreux cas sont visibles chaque jour sur les réseaux sociaux. Des appels à l’aide lancés par les maîtres accompagnés de vidéos montrant leur animal de compagnie périssant dans d’horribles souffrances après avoir ingéré des produits hautement toxiques font réagir les amis des animaux de l’île.

Bienfaits absorbants du charbon végétal

Pour provoquer le vomissement chez l’animal en attendant de le conduire chez le vétérinaire, certains conseillent toutes sortes d’antidotes, allant du lait aux oeufs. Malheureusement, certaines substances considérées à tort comme des antipoisons peuvent être fatales, comme le peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée) s’il est administré à forte dose. Ou encore du lait qui peut être néfaste. «En grandissant, les chiens ne développent plus l’enzyme permettant de bien assimiler le lactose, ce qui rend la digestion très difficile. Le lait de vache n’est pas adapté pour eux. Cela provoque même la diarrhée. Je ne recommande pas non plus l’ingestion de l’eau salée, car elle peut entraîner une intoxication par le sel», dit Naika Dewulf.

«L’empoisonnement nécessite une prise en charge rapide. Il faut emmener l’animal le plus rapidement possible chez le vétérinaire afin de le faire vomir. A noter que passé le délai de quatre heures après l’ingestion du produit, il sera trop tard pour le faire vomir. Par ailleurs, en attendant d’emmener votre animal de compagnie chez un vétérinaire, il est indispensable d’avoir le bon réflexe pour le sauver. L’un des traitements efficaces à avoir sous la main est pour moi le charbon actif ou charbon végétal. Il permet d’endiguer la progression du poison dans l’estomac et d’absorber un maximum de toxines avant qu’elles ne se répandent dans l’organisme. Mais, tout comme l’induction du vomissement, il faut le lui administrer dans moins de quatre heures suivant l’ingestion du poison. Passé ce délai, le charbon végétal ne sert à rien», dit-elle.

La vétérinaire insiste sur le fait d’agir rapidement, malgré l’absence de symptômes inquiétants chez l’animal. «L’animal peut paraître en pleine forme et ne pas présenter des symptômes inquiétants après avoir ingurgité du poison, tels les raticides. Les premiers symptômes peuvent même apparaître qu’après trois jours», explique-t-elle. D’autres symptômes peuvent attirer l’attention, et là chaque minute compte. «Parfois, on observe des atteintes nerveuses: les signes de convulsions peuvent se manifester en quelques heures et la mort en moins de 24 heures. Tremblements, difficultés respiratoires, crises d’épilepsie, des troubles gastro-intestinaux, comme une diarrhée violente, sont les signes d’un empoisonnement finissant souvent par un arrêt cardiaque», dit-elle. En plus des petits gestes et réflexes à adopter : la visite chez un praticien est indispensable. Il sera le seul à mieux traiter l’animal afin de maintenir les fonctions vitales de l’organisme et d’administrer les traitements appropriés comme des anticonvulsivants.

Ce que dit la loi

Il est interdit d’exercer de mauvais traitements sur les animaux. Plusieurs sanctions pénales sont prévues en cas de mauvais traitements, de sévices graves et d’atteintes à la vie de l’animal. Selon la Animal Welfare Act, «Any person who tortures or otherwise treats an animal in such a manner as to subject it to distress, pain or suffering, or causes or permits an animal to be so treated; Any person not being a veterinary surgeon, mutilates or kills an animal in any manner, or performs ear cropping, tail docking, defanging, declawing, branding, piercing, dehorning, nose roping, or castration on an animal; shall commit an offence and shall, on conviction, be liable to a fine not exceeding 15,000 rupees and to imprisonment for a term not exceeding 6 months.»`