Photo illustration - Chiens errants

Signaux confus émanant de représentants de la Mauritius Tourism Promotion Authority

Alors que les récents “posts” de la Mauritius Tourism Promotion Authority sur les réseaux sociaux suggèrent aux potentiels touristes étrangers de “Come and work remotely from paradise” et de “Blend business with the beach and ocean, creating the perfect work-life balance in Mauritius”, d’autres messages émanant de ses représentants et agences de communication basés à l’étranger laissent cependant perplexe…

Certaines agences de communication, rétribuées des fonds publics et censées contribuer à promouvoir l’industrie touristique, relaient des messages contraires à ceux de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) aux voyagistes et tour-opérateurs étrangers travaillant pour le marché mauricien. L’agence sud-africaine de la MTPA (dont le nom commence par un M) s’est distinguée dans cette catégorie cette semaine et semble ainsi en net déphasage avec la MTPA.

Dans un courrier électronique adressé aux voyagistes et tour-opérateurs sud-africains, J.K., une Senior Consultant – l’agence évoque les dernières nouvelles sur la destination Maurice, et dit donner des infos « around the coronavirus pandemic, and its effect on the travel and tourism sector locally, regionally and globally », une sorte de veille médiatique destinée aux opérateurs sud-africains – insère un lien vers un article sur les méthodes peu orthodoxes de la MSAW (Mauritius Society for Animal Welfare).

L’article, qui est loin d’encourager les touristes à venir à Maurice, débute en ces termes : « If you have booked or plan to book a holiday to our neighbouring so called “paradise island” we implore to you please reconsider until the cruelty ceases ! The NSPCA recently became privy to the attached images and information of horrendous animal cruelty taking place at the only licensed welfare organisation in Mauritius – the Mauritian Society for Animal Welfare (MSAW). » L’article met aussi en lumière l’“infamous catch and kill” de la MSAW…

Le contenu de ce mail a suscité de vives réactions chez les voyagistes et tour-opérateurs sud-africains, qui se demandent si c’est avec ce genre de communication que la MTPA compte relancer le marché touristique d’Afrique du Sud en faveur de Maurice. L’un de ces opérateurs déclare que : « I am surprised at what MTPA SA puts out to the market. They should have mentionned positive things about the current vaccination programme being rolled out in Mauritius, and particularly in the tourism sector. Instead, they are speading bad news to the market here. This is insane », lance un de ces voyagistes sud-africains.

Dans les milieux touristiques à Maurice, la nouvelle a vite fait le tour. « Généralement, quand on communique sur une destination – surtout si on est payé pour le faire – on tend à communiquer sur les attraits du pays, les nouvelles positives et ses efforts pour améliorer les choses notamment concernant sa lutte contre la pandémie, etc. On lance des messages optimistes… mais là je suis perplexe. Est-ce comme ça que nous allons attirer les touristes ? » demande-t-on.

Un autre opérateur ajoute : « Même notre Premier ministre ne fait que répéter à satiété que nous sommes COVID-Safe alors que les représentants de la MTPA envoient des messages confus. Nous sommes décontenancés ! Il faut un minimum de cohérence au niveau des actions de la MTPA et de ses représentants. »

La choquante méthode “Catch & Kill” de la MSAW est décriée par tous les humanistes et activistes et le traitement accordé aux chiens à la MSAW qui sont livrés à eux-mêmes et affamés est loin de cadrer avec l’image de carte postale qui est vendue aux touristes étrangers. Cette méthode soulève d’ailleurs l’indignation des forces vives et de la population. Quoi qu’il en soit, le contenu du courrier électronique de cette agence sud-africaine payée des fonds publics mauriciens – pour « communiquer » sur la destination Maurice – laisse pantois. Est-elle payée pour faire venir les touristes ? Ou les faire fuir ?

Certains opérateurs mauriciens s’interrogent sur les détails sur des contrats signés par la MTPA avec ses représentants à l’étranger. Ils se demandent sur quelle base ces représentants sont choisis, combien ces représentants/agences de communication sont payés et si l’Office de Tourisme mauricien exercice un droit de regard sur leurs méthodes d’opération. Quant à l’agence sud-africaine M elle déclare pourtant sur son site web que « At M.……., we know that you are looking for a team of individuals who recognise not only your brand needs but also the needs of your audience. »
Pour cette fois, c’est raté !