Le pont de Yemen sur la rivière Tamarin abritera la toute première Tesla Cascading Hydropower Plant, une première mondiale. Cette nouvelle technologie révolutionne la production d’énergie hydro-électrique en la rendant plus simple tout en cochant toutes les cases des énergies renouvelables. La centrale produira 100 kilowatt d’électricité par heure est devrait être le point de départ d’un projet à plus grande échelle qui comporte également l’éventualité de produire de l’électricité à partir des courants marins.

Sous couvert du clearance de la Cour Suprême, dont la décision est attendue le 13 septembre, et d’un Building & Land Use  Permit de la part du Black River District Council, la compagnie True Tesla Technologies développera une centrale hydro-électrique d’un autre genre à la Rivière Tamarin à hauteur du pont de Yemen. Cette nouvelle technologie hydraulique utilisera le courant de la rivière pour produire de l’électricité et diffère des centrales hydro-électriques que nous avons qui, elles, se servent de la gravité, la pression et la force pour produire de l’électricité. Appelé la Tesla Cascading Hydropower Plant, le projet simplifie la production d’énergie selon Deane Thomas, directeur de True Tesla Technologies. “En somme, nous transformons l’énergie cinétique en énergie électrique”, explique-t-il.

5 megawatts de potentiel énergétique sur la Rivière Tamarin.

Le projet cadre avec la vision du gouvernement d’arriver à 60 % d’énergie propre et d’éliminer le charbon d’ici 2030. La Tesla Cascading Hydropower Plant a été décerné sous le National Scheme for Emerging/Innovative Renewable Energy Technologies program administré par la Mauritius Renewable Energy Agency (MARENA) à laquelle True Tesla Technologies avait répondu à un appel à projet. Le EIA clearance a été obtenu le 16 avril de cette année.

La Tesla Cascading Hydropower Plant produira 100 kilowatts d’électricité par heure et fournira les 263 000 kilowatt par an comme prévu dans le Scheme du gouvernement. Mais le potentiel d’aller au-delà de ce chiffre est bien là souligne Deane Thomas. “Nous avons déjà identifié 5 mégawatts de potentiel énergétique rien que sur la Rivière Tamarin. Nous pensons pouvoir y installer 50 turbines du même type.” L’électricité sera revendue à la CEB à Rs 4 le kilowatt.

“Nous sommes les gardiens de cette planète”

La possibilité de se tourner vers d’autres rivières également est envisagée. “Nous sommes déjà en train d’étudier d’autres rivières de Maurice, nous pensons que le potentiel est là pour produire 1000 mégawatts d’électricité à partir des rivières.” True Tesla Technologies songe même à se tourner vers l’océan en 2022. “Nous pensons que nous pouvons produire 100 mégawatts d’électricité à partir des courants et des vagues autour de Maurice. Des projets pilotes devraient être proposés à Maurice et à Rodrigues.”

Aussitôt les autorisations obtenues, la centrale devrait être opérationnelle avant la fin de 2021. La turbine et le système électrique sont déjà à Maurice, seule la construction d’un barrage weir de 3 mètres de haut sera nécessaire. “Nous n’avons pas à construire de conduits massifs et à endommager la nature”, souligne Deane Thomas. Et d’ajouter “nous sommes les gardiens de cette planète, c’est notre philosophie.”

“Le projet n’aura aucun effet sur la rivière”

Le promoteur assure qu’il n’y aura aucun dommage causé à l’environnement. Il souligne que 9 tamariniers devront être coupés et 9 autres de la même espèce seront replantées dans les environs comme prévu par les lois. “Nous avons la vision de planter d’autres arbres dans la région également.” La fougère indigène Christella dentata qu’on retrouve sur les berges de la rivière devront êtres transplantées ailleurs si toutefois l’eau de la rivière devait les recouvrir. À ce sujet, cette espèce n’est pas considérée comme en danger.

Par ailleurs, le géomorphologue Prem Saddul qui a réalisé un survey dans la région, a estimé que le projet n’aura aucun effet sur la rivière. Deane Thomas indique lui que le projet aura un impact positif sur la qualité de l’eau de la rivière. “Ça a l’air d’être un projet positif”, soutient , Vassen Kauppaymuthoo, ingénieur en environnement.

Si le projet semble pouvoir aller de l’avant, Deane Thomas se plaint par contre de quelques problèmes administratifs auquel son projet a du faire face. “The system viewed our project with arrogance. Personne ne nous a aidé. Nous avons depuis négocier à toutes les tierces personnes”, fustige-t-il.

Three wise men – Parallel lives

En attendant de démarrer le projet de centrale hydro-électrique, True Tesla Technologies a lancé le film Three wise menParallel lives qui a gagné pas moins de 30 récompenses dans différents festivals. Le film-documentaire, écrit et réalisé par Deane Thomas, parle Nicolas Tesla, l’inventeur de l’électricité, du Mauricien Amode Ibrahim Atchia qui avait construit la toute première centrale hydro-électrique à Maurice et Deane Thomas lui-même. “Ces deux hommes ont changé le monde, je pense que je suis en train de changer le monde également”, souligne l’auteur du film.