Photo archive

– Le témoin en réponse à la magistrate : « Ni vérification d’équipements, ni tests médicaux avant la course fatale »

Le jockey Benedict Woodworth, dont l’audition s’est poursuivie lors des travaux de l’enquête judiciaire, a eu à répondre aux questions de la magistrate Shavina Jugnauth au tribunal de Port-Louis. Le jockey, qui était également tombé de cheval lors de la course fatale au jockey Nooresh Juglall, devait confirmer à la magistrate que les équipements dont disposaient les jockeys n’avaient pas été vérifiés avant la course afin de s’assurer qu’ils étaient en règle avec les recommandations établies. Il affirme aussi qu’il n’y avait pas eu de tests pour voir si les jockeys étaient « medically fit » pour prendre part aux courses, lorsqu’un jockey était tombé lors d’une précédente course et avait disputé la 7e course fatale à Nooresh Juglall.

Questionné par la magistrate Shavina Jugnauth, Benedict Woodworth est revenu sur ces 31 années d’expérience en tant que jockey et les courses auxquelles il a participé depuis 2007. Le jockey avait fait état précédemment des Barrier Trials qui sont obligatoirement pratiquées pour habituer les chevaux (surtout les nouvelles recrues) à la piste. Il était alors revenu sur la question de la nécessité des allées (« crossings ») présentes sur la piste du Champ-de-Mars.

Pour Benedict Woodworth, les essais et entraînements effectués permettaient d’habituer les chevaux à l’environnement, « et d’améliorer leur manière de galoper et de moins sauter en franchissant les allées ». Le jockey a aussi expliqué qu’il faut au moins quatre mois pour qu’un nouveau cheval s’y habitue.

Abordant  les événements du 15 mai 2021, lors de la journée inaugurale des courses hippiques de cette année, Benedict Woodworth a expliqué que le cheval qu’il avait piloté ce jour-là lors de la 7e course, soit Golden Tractor, « était prêt pour la course ».

Au sujet de l’état de la piste au Champ-de-Mars, il a estimé que les meilleures conditions « auraient été un gazon pas trop dur et un minimum d’allées », et ce, pour éviter que les chevaux ne fassent de sauts abrupts et déstabilisent quiconque. Lorsque la magistrate lui a demandé s’il serait plus pratique pour un jockey qu’il n’y ait pas d’allées sur une piste de course, le témoin a répondu par l’affirmative.

Commentant la 7e course, fatale à Nooresh Juglall, Benedict Woodworth a déclaré  : « this is the first time I met with such an experience. The jumping of crossings, the falling and the death. »

Dans son récit, il a rappelé que le cheval Quatro Five Six avait fait un saut en franchissant l’allée et que son cheval, Golden Tractor, en avait fait de même. Il a indiqué que le cheval piloté par Nooresh Juglall, Rule the Night, tentait de passer par l’intérieur, à côté de son cheval, « mais il n’y avait pas assez d’espace ».

Benedict Woodworth avait précédemment expliqué que c’est après ces sauts des deux chevaux sur le « crossing » que Rule the Night avait ralenti sa course, avec pour effet de déstabiliser Golden Tractor, qui devait perdre l’équilibre et chuter, entraînant Rule the Night et son jockey dans sa chute. Il a rappelé que son cheval, Golden Tractor, ainsi que Quatro Five Six étaient de nouvelles montures.

A la question de la magistrate qui cherchait à savoir si le jockey Nooresh Juglall avait déjà été averti pour imprudence dans sa monte, le témoin devait indiquer que le  Chief Stipe serait mieux placé pour y répondre, mais qu’il n’a « aucun souvenir » d’un tel avertissement à l’égard de Nooresh Juglall.

Par ailleurs, Benedict Woodworth devait confirmer à la magistrate que les équipements dont disposent les jockeys « n’étaient pas vérifiés » avant la course et qu’il n’y avait pas eu non plus de tests effectués pour s’assurer que les jockeys étaient « mentally fit » en vue de disputer la course, étant donné qu’il y avait eu plus d’une chute lors de cette journée inaugurale des courses.

L’enquête judiciaire se poursuivra mardi prochain avec l’audition du Dr Rehan Oozeerkhan, présent au moment du drame pour administrer les premiers soins aux jockeys après leur chute. Le jockey Nooresh Juglall, 30 ans, avait fait pour rappel une terrible chute de son cheval Rule the Night lors de la 7e course de la journée inaugurale, qui s’était déroulée à huis clos au Champ-de-Mars. Il avait été transporté d’urgence à la City Clinic grièvement blessé. Il devait succomber de ses multiples blessures dans la soirée du 15 mai. Le DPP avait alors décidé d’instituer une enquête judiciaire pour faire la lumière sur les circonstances ayant mené à cet accident.