La matinée a été longue pour les commissaires de courses mardi matin. En effet, il y a eu pas mal d’enquêtes ouvertes à l’issue de la 16e journée courue samedi dernier. Cinq cavaliers ont été appelés, à savoir Jameer Allyhosain, Bernard Fayd’herbe, Akash Aucharuz, Swapneel Rama et Nishal Teeha. Ce dernier a toutefois eu la chance que son enquête a été ajournée vu que les Racing Steward avaient des cas plus importants à traiter.

Jameer Allyhosain a été le premier à se présenter. Il a eu à se présenter devant le board pour avoir laissé sa monture verser à l’extérieur à 100m, ce qui a légèrement incommodé Lady’s Knight dans l’épreuve d’ouverture. Les commissaires l’ont sanctionné sous le règlement 208(D) et, de ce fait, le cavalier a écopé d’une amende de Rs 20 000.

Par la suite, c’était au tour de Gopal Gujadhur de se présenter. Il a été convoqué par le board suite à un rapport fait par Marie Claire Domingue, vétérinaire du club, à l’issue de la journée samedi dernier. Cette dernière a rapporté l’assistant-entraîneur suite à une discussion qui a eu lieu après la course principale de samedi dernier. Selon elle, Gopal Gujadhur  se serait adressé à elle dans une improper manner alors qu’elle devait vérifier le cheval Eyes Wide Open après sa course. Cela dit, l’assistant-entraîneur a été trouvé coupable et a été charged sous le règlement 285(A) et a écopé d’une amende de Rs 5 000, charge contre laquelle il a plaidé non-coupable. Il a même fait part de ses intentions de faire appel de cette sanction.

Bernard Fayd’herbe s’est lui tiré d’affaire. Appelé pour sa prestation sur Moschino dans la troisième course, le cavalier sud-africain était accompagné de Vincent Allet. Ce dernier a d’ailleurs fait part qu’il était satisfait de la monte de son jockey, vu qu’il lui avait dit d’attendre le passage à la corde. C’est ce qu’a fait Fayd’herbe, mais le board des commissaires voulait s’enquérir davantage sur son style en ligne droite et aussi pour connaître les raisons pour lesquelles il ne s’est pas rapproché du peloton à 400m du but alors qu’il en avait l’opportunité. Le cavalier a fait ressortir qu’il était « happy » là où il était en course et c’est pour cela qu’il ne s’est pas rapproché davantage et qu’il appréhendait le fait que Paddingtons Luck se rabatte à la corde, de plus qu’il avait Nishal Teeha sur le dos. Concernant sa posture sur son cheval en ligne droite, il a dit s’être servi de la cravache de la main gauche et qu’il se peut qu’il n’ait pas monté avec la même vigueur, car à son avis, Moschino « was not making any ground on the one in front of him ».  Suite à toutes ces explications, le board a décidé de ne pas « proceed further ».

Aucharuz “s’en sortˮ, Rama prend cher !

Akash Aucharuz était attendu de pied ferme par les Racing Stewards mardi matin. En effet, la course de Bollinger avait éveillé beaucoup de suspicions chez la plupart des turfistes, car beaucoup étaient d’avis que le cavalier mauricien aurait tout fait pour perdre cette course. Se présentant en compagnie d’Alain Perdrau, Aucharuz a donné ses explications au board. Pour lui, il s’est retrouvé aussi en retrait suite à un incident qu’il y a eu peu après le départ de la course. De ce fait, il a dû reprendre sa monture sur quelques foulées.

Cependant, le board ainsi que l’entraîneur voulaient savoir pourquoi le cavalier n’avait pas pris les mesures nécessaires pour conserver une bonne position en milieu de peloton sur les premiers 400m de course, vu que Ron’s Joy était un de ses adversaires principaux, selon Aucharuz. De plus, les instructions de l’entraîneur étaient de sortir et de trouver une bonne position en 5-6e position.

Cela dit, le jockey a tant bien que mal tenté de se défendre, mais a toutefois écopé d’une mise à pied de trois journées sous le règlement 208(J) « where a jockey fail to ride to the satisfaction of the Racing Stewards ». Il a toutefois plaidé non-coupable et compte faire appel bientôt. On est d’avis qu’Aucharuz s’en sort assez bien.

Quant à Swapneel Rama, il a lui pris cher pour sa monte sur High Voltage. Une enquête avait été ouverte à l’issue de la dernière journée. De ce fait, Swapneel Rama et Amardeep Sewdyal se sont présentés dans la salle des commissaires hier matin. Les Racing Stewards ont voulu savoir qu’elles étaient les instructions données à Rama, car l’entraîneur avait lui déclaré autre chose peu avant le départ de la course au board, alors qu’il avait été appelé par ce dernier. Il y avait donc un doute qui planait, car reste à savoir si c’est le jockey qui n’a pas suivi les instructions ou est-ce l’entraîneur qui a induit en erreur les commissaires.

Le cavalier a affirmé que les instructions de l’entraîneur étaient de partir aux avant-postes, mais si un autre cheval à son extérieur insistait, de le laisser partir et de se placer dans son sillage. Cependant, en course, on a vu un Swapneel Rama déterminé à partir en tête, car il a demandé à son cheval un gros effort surtout en montée, ce qui a grandement diminué ses chances de vaincre. Le jockey était d’avis que c’était la meilleure tactique pour le cheval, car auparavant il s’était retrouvé dans cette position et High Voltage avait terminé à plus de 18L. Il a donc jugé bon d’insister pour prendre le commandement.

L’entraîneur a lui déclaré qu’il a certes donné les instructions à Swapneel Rama, mais ce dernier avait le champ libre de décider s’il fallait changer de tactique en course. Les deux parties ont longuement argué, mais au final Rama est aussi passé à la trappe et il a également été sanctionné sous le règlement 208(J) pour ne pas avoir monté à la satisfaction des commissaires de courses. Il a donc écopé d’une suspension de quatre journées, ce qui a choqué le principal concerné. Ce dernier devrait vraisemblablement faire appel de sanction.