Photo illustration

Toiletteuse et auxiliaire de santé, Julianne Desvaux est à la tête de son entreprise, Very Important Pets Grooming Ltd (VIP Grooming). Cette ‘animal lover’ aide aussi les associations, qui militent pour les chiens errants, et ce n’est pas contre l’idée de créer un buzz, en regroupant tous les toiletteurs pour un grooming de chiens errants. Sa joie de vivre et son professionnalisme lui valent une reconnaissance de ses clients. Julianne Desvaux fait aussi du Pet Grooming à domicile, un service personnalisé qui séduit les propriétaires d’animaux.

Julianne Desvaux est aussi une  »animal lover »

Une vraie boule d’énergie Julianne Desvaux ! Rien que pour la première prise de contact au téléphone, sa voix enchante. Dès que le sujet s’articule autour du pouponnage des chiens, elle devient intarissable. Maîtrisant sur le bout des doigts son métier de toiletteuse, Julianne se l’est approprié. Elle aime ce contact animalier et s’est retrouvée très vite propulsée dans ce milieu. Côtoyant des vétérinaires, elle se tourne aussi vers des cours en ligne, tout en effectuant des stages comme assistante vétérinaire auprès de PAWS et MSAW. En parallèle, elle suit aussi une formation de technicienne vétérinaire, avec en tête, cette envie d’ouvrir son entreprise.
Difficile de ne pas rester scotché à son riche parcours. En effet, quand Julianne raconte son histoire, celle-ci s’apparente à un vrai conte animalier. Cette envie de devenir toiletteuse vient de son désir d’être entourée d’animaux. Les encouragements de sa famille et de son mari lui ont permis d’ouvrir son entreprise de toilettage VIP Grooming ou la Very Important Pets Grooming Ltd, située à Belle-Rose, avec en prime un service à domicile dans les quatre coins de l’île. Sa compagnie lancée en novembre 2015 connaît un vif succès. « Ce qui m’a le plus marquée au départ, c’est le nombre de personnes âgées ayant des chiens mais pas de moyens de transport. Ma plus grande joie est d’écouter le papi et la mamie me raconter leur coup de cœur pour leur animal de compagnie. Le fait qu’ils les emmènent chez une toiletteuse dénote ce lien profond qui les unit à leur animal. »

La question, qui revient à brûle-pourpoint, est de savoir si le toilettage s’accommode à tous les types de chiens. Julianne Desvaux de rassurer que des plus petits aux plus grands peuvent bénéficier d’un pet grooming, et ce peu importe la race canine. Elle pratique avec une méthode douce, précise et sans anesthésie, et travaille de préférence avec une muselière en cas de signe d’agressivité, et aussi avec l’aide des propriétaires si nécessaire. Par ailleurs, le toilettage n’est pas un mode purement esthétique. La toiletteuse indique qu’il faut un soin régulier tous les trois mois ou, dans certains cas, toutes les deux semaines, dépendant du type de pelage et de soins spécifiques que souhaitent les maîtres.

« Évitez l’abandon, un chien fait partie de la famille »

Ce qui différencie le salon de toilettage de chiens de Julianne est ce côté pratique de service à domicile et sans anesthésie. La manière de procéder est simple : « J’apporte tous les équipements de toilettage et je propose au client la meilleure coupe possible en appartenance avec la qualité du pelage. Le toilettage est simple. Je procède au maintien du chien afin d’éviter tout risque de le blesser, et, le propriétaire peut, du coup, s’affairer à ses occupations tout en gardant un œil sur le toilettage en cours. » Lors du toilettage, il arrive que Julianne décèle une mauvaise odeur qui peut émaner d’une inflammation des gencives, l’otite-infection des oreilles, parfois une infection des yeux, ou un problème de peau, une grosseur, un champignon ou carrément des tiques. Elle informe sur-le-champ le propriétaire pour un meilleur suivi de l’animal auprès du vétérinaire.

Un autre point sensible chez les propriétaires de chiens porte sur le nettoyage des oreilles et la manière de couper leurs ongles, qui est un sujet à la fois épineux et un vrai casse-tête. Explications de la concernée : « Surtout n’utilisez pas de coton-tige et pas d’eau directement dans les oreilles. Il y a, en pharmacie ou les centres animaliers, des produits spécifiques pour nettoyer les oreilles, mais avec l’approbation d’un vétérinaire. Pendant le toilettage, on épile à l’intérieur de l’oreille et, avec un disque de coton, on nettoie le contour de l’oreille. Pour les ongles, il faut utiliser un coupe-ongle spécifique, mais le travail est délicat, il faut éviter de blesser le chien. »

Pour dénouer des nœuds chez un griffon, par exemple, Julianne dit que la brosse est indispensable de même que le séchage, qui réduit les boules de poils plus facilement. En ce qui concerne la coupe pour chiens, la toiletteuse fait ressortir qu’il n’y a pas de coupe tendance, tout dépend du pelage et des nœuds, privilégiant beaucoup plus le brossage. Avec le confinement, Julianne a dû se réinventer et, comme la plupart des self-employed, elle s’en est sortie avec beaucoup de difficultés. « Le WAP est une nécessité en confinement, couplé d’un bon protocole sanitaire et d’une mise en place de l’extérieur chez le client pour pouvoir travailler. »

Ce que les clients apprécient dans la qualité de travail de Julianne est la non-utilisation des anesthésiants. En dehors des chiens, Julianne fait aussi du toilettage pour chats, tortues et lapin. Son métier de toiletteuse, elle le décrit comme « un apprentissage, une passion, un savoir-faire ». Son message est fluide : « Prenez soin de vos animaux, évitez l’abandon. Si à l’adoption, vous n’êtes pas en mesure d’assumer la responsabilité, autant ne pas en avoir. »