La Commission de l’océan Indien (COI) a mis à disposition des autorités mauriciennes deux experts régionaux de sécurité maritime suite à l’échouage du MV Wakashio dans le sud-est de l’île.

La COI engagera également un dialogue avec les partenaires au développement pour réorienter certaines activités, notamment en faveur de l’évaluation de l’impact de cette pollution sur les milieux marins et côtiers et de la réhabilitation des écosystèmes côtiers.

Elle poursuivra également les discussions engagées depuis le début de l’année avec l’Organisation maritime internationale et le Secrétariat de la Convention de Nairobi pour renforcer les capacités nationales et régionales de prévention et de gestion des pollutions marines de grande envergure.

La présidence comorienne en exercice du Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien (COI) salue, pour sa part, l’engagement des autorités, des citoyens et des partenaires qui font preuve d’une détermination exemplaire à collaborer pour contenir les déversements.

Faute de moyens d’urgence propres à l’organisation, la présidence comorienne du Conseil des ministres de la COI a saisi le Secrétariat général pour apporter les appuis en termes de mobilisation des partenaires et d’intervention post-urgence.

La sécurité maritime étant l’un des axes forts de l’action régionale portée par la COI, la présidence du Conseil des ministres de la COI souligne l’importance, pour les Etats signataires des Accords régionaux de sécurité maritime de 2018, de développer les protocoles d’intervention afin de disposer des mécanismes régionaux d’intervention collective.