Aujourd’hui, les sports collectifs (en intérieur et extérieur) pourront reprendre leurs activités, après avoir eu la semaine dernière le feu vert des autorités. Toutefois, si les disciplines en extérieure, dont les footballeurs qui pourront fouler les pelouses vertes, en parallèle, le Mauritius Sports Council (MSC) a interdit tout accès aux différents gymnases aux disciplines en intérieur. Le footballeur Christopher Caserne, qui évolue au sein de Roche-Bois Bolton City, et le handballeur de l’Association Sportive de Vacoas-Phœnix, Nicolas Le Merle, nous donnent leur avis.

Christopher Caserne, capitaine de RBBC : « La discipline sera le maître mot »
Le 10 mars, la Mauritius Football Association (MFA) a mis la saison 2020-21 en suspens. Toutefois, jeudi dernier, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a annoncé que les sports collectifs pouvaient reprendre leurs activités aujourd’hui. « C’est une bonne nouvelle, car cela faisait trop longtemps que nous étions éloignés des terrains », souligne le joueur.
Toutefois, le capitaine de la formation port-louisienne souhaite qu’il y ait « une sécurité poussée lors des entraînements. » Si plusieurs mesures ont été annoncées afin de renforcer l’aspect sanitaire, « je conseillerai au ministère des Sports de faire un dépistage massif pour tous les sports collectifs, car il faut dire que la prise de température n’est pas fiable à 100% », nous dit-il. Et en ce qu’il s’agit du vaccin, « ce n’est pas obligatoire et les sportifs devront prendre cette décision en son âme et conscience. »

Cependant, après l’annonce du ministère des Sports, pour Christopher Caserne, c’est aux différents clubs de prendre leurs responsabilités. « Les dirigeants devront être beaucoup plus sévères et veiller au grain, et faire tout leur possible afin que les mesures sanitaires soient respectées. La discipline sera le maître mot pour la reprise », conclut le gardien de but.

À savoir que la MFA a envoyé un dossier à la FIFA afin d’avoir une extension en cas d’éventuelle reprise de la saison 2020-21.

Nicolas Le Merle, président-joueur de l’ASVP : « La sécurité devra être renforcée »

Les amoureux des disciplines collectives en intérieur comme le basket-ball, le volley-ball ou le handball connaissent une situation assez cocasse. Certes, les autorités ont donné leur feu vert pour débuter leurs activités, mais par la suite, le MSC a interdit tout accès aux différents gymnases qui est sous sa responsabilité.

Une situation qui ne semble pas déplaire à Nicolas Le Merle. « D’un point subjectif, cela ne me dérange pas. Je ne sais pas pourquoi le MSC a pris une telle décision, mais certes il y a une contradiction par rapport à l’annonce du Premier ministre. C’est peut-être la peur qu’un joueur puisse contracter la Covid-19 dans ces infrastructures, et c’est ça qui les a poussés à prendre ces mesures. » S’il porte une double casquette au sein de son équipe, « en tant que président, j’ai la responsabilité de veiller à la sécurité de mes joueurs, mais ma parole de joueur, c’est que j’ai hâte de retrouver mes coéquipiers, car nous commencions à perdre cette cohésion de groupe ».

Malgré que les gymnases ne seront pas alloués à ces fédérations, dans le cas des joueurs de l’ASVP, ils débuteront leur entraînement aujourd’hui, au gymnase de Paillotte, qui est géré par la municipalité de la ville Cendrillon. « Il était grand temps pour la reprise. Nous sommes restés trop longtemps éloignés des terrains », souligne-t-il. « Il y a des cas qui sont recensés tous les jours. Si les différentes fédérations pensent à reprendre leurs activités vers le mois d’août, je pense que la sécurité devra être renforcée. Si en 2020 cela a été un succès, pourquoi pas cette année ? » se demande le handballeur.