Le petit Ayaan Ramdoo, deux ans, a subi le martyre aux mains de son beau-père, Azar Sobratee, âgé de 22 ans devant les yeux de sa mère, Nawsheen Beharry, 22 ans. D’ailleurs, ce cas aurait pu passer inaperçu sans l’intervention de la tante du petit garçon. Le vendredi 13 novembre, cette dernière s’est rendue chez sa sœur, à Midlands, pour les funérailles, quand elle a noté des traces de blessures sur l’enfant.

À partir de là, une contre-autopsie a confirmé un “foul-play”. La doctoresse Nesha Soobhug, médecin du privé et qui avait émis un certificat de décès, a été arrêtée. Elle avait déclaré que l’enfant est mort de cause naturelle. Tandis que le caporal Ally Emmambaccus, qui avait donné l’autorisation à la doctoresse d’avoir accès à la morgue de l’hôpital Nehru, a été arrêté.

Farida Jeewoth (10 ans) tuée par ses parents et enterrée dans un champ

Le cadavre de Farida Jeewoth, dix ans, a été découvert sous un amas de terre dans un champ de pommes d’amour, à Mare-aux-Puits, le 30 mars. Le cadavre, partiellement dénudé et brûlé, était couvert de fumier. Sa mère Pallavi Khedoo, 27 ans, s’était présentée au poste de police de Bel-Air le jour du drame pour signaler sa disparition, dans une tentative de diversion.

La réalité dans leurs aux aveux en soutenant est que la petite Farida avait été agressée, car elle prenait trop de temps à manger. Notant qu’elle ne respirait plus, le couple a tenté de la découper dans leur maison, à Quatre-Cocos, avant de prendre la direction de Mare-aux-Puits dans la nuit où ils ont essayé de la brûler. Ils ont finalement enterré le cadavre.

Doris, Devianee, Sujata et Kaleyvanee tuées aux mains de leurs compagnons

De nombreux cas de violence domestiques ont été dénoncés en 2020. Plusieurs femmes ont succombé aux mains de leurs compagnons. Doris Nithoo, 57 ans, a été assenée de plusieurs coups de couteau à l’abdomen par son concubin Josian Celine, 54 ans, à Cap-Malheureux en juin. Ce dernier avait été condamné à 12 ans de prison en 2004 pour le meurtre de son ex-concubine. Après avoir commis un deuxième meurtre, le quinquagénaire a mis fin à ses jours par pendaison.

Par ailleurs, le cadavre de Devianee Bheekun, 41 ans, a été retrouvé sous les falaises, à Rivière-des-Anguilles, alors qu’elle était censée se trouver sur son lieu de travail, à Rivière-Noire, le 3 janvier. La police a arrêté son amant Azaghen Vydelingum, qui est soupçonné d’être le présumé meurtrier.

Une autre victime qui a perdu la vie aux mains de son époux, Kreeteshingh Banjoye, 27 ans, alors qu’elle était détentrice d’un “protection order”. Le délit a été commis dans la rue, à Poste-de-Flacq, en février, alors que le couple était séparé. Le suspect réclamait de l’argent à sa femme qui partait au travail. Face à son refus, il l’a agressée avant de lui donner deux coups de couteau au cou.

Un autre drame conjugal s’est déroulé en août à la NHDC Filao, Surinam, où Kamlesh Dhunnoo, âgé de 20 ans, aurait poignardé son épouse Kaleyvanee Dhunnoo, 19 ans. Il la soupçonnait d’infidélité. Après son acte, le jeune homme s’est donné la mort par pendaison à la foire de Surinam.

Par ailleurs, Swasti Rasmalia, 38 ans, a poignardé son époux Kistnen Veerabudren, 45 ans, à Vacoas en janvier. Au cours de son interrogatoire, la suspecte a déclaré qu’elle était une femme battue. Et d’ajouter que, le jour du drame, elle subissait les coups du quadragénaire, quand elle s’est saisie d’un couteau pour lui faire peur. Elle dit l’avoir poignardé pour se défendre.

Meurtre atroce de la W¨C Raghoo par un trafiquant présumé

Le meurtre de la Woman Police Constable (Wpc) Dimple Raghoo dans l’exercice de ses fonctions a choqué tout le pays. Participant à une “covert operation” de l’ADSU, au Bo’Valon Mall, le 24 novembre, la policière a été percutée par une voiture de marque Honda, conduite par le chauffeur-trafiquant Wazeel Meerkhan, qui avait à ses côtés son complice Dylan Carman. Ces derniers ont tenté de fuir des policiers qui voulaient les arrêter, alors qu’ils effectuaient la livraison d’un colis de drogue dans le parking du centre commercial.

La Wpc Raghoo et son collègue, le constable Benoit Arlanda, avaient pris place près du portail qu’ils ont fermé pour empêcher la voiture de s’enfuir. Mais le chauffard les a percutés et ils ont même traîné la victime sous les roues sur près de 500 mètres avant de l’abandonner sur l’asphalte.