Photo d'illustration

Ce nourrisson de sexe masculin âgé de neuf mois, n’a pas reçu la visite de ses parents ou de ses proches depuis octobre de l’année dernière. Les infirmières de l’hôpital Jeetoo s’occupent volontiers du nourrisson en lui donnant son bain, sa nourriture et de l’affection nécessaire dans la mesure du possible. Conscient que le bébé ne peut demeurer au sein de l’établissement, l’Acting Ward Manager a consigné une déposition à la police samedi afin que les autorités retracent les parents.

Les faits remontent à une dizaine de mois de cela. Le 3 juin 2020, une habitante de l’Allée Tamarin, Bambous, s’est rendue à l’hôpital avec le bébé qu’elle a accouché chez elle. Comme le petit avait un problème de santé, le personnel soignant l’a placé au Neo-Natal ICU Ward. La mère a seulement donné son nom et une adresse sur le formulaire médical sans aucun numéro de contact. De plus, comme elle n’a procédé à aucun suivi médical durant sa grossesse dans un quelconque centre de santé, l’hôpital n’a aucun Medical Record à son sujet.

Néanmoins, la mère et des proches rendaient visite au bébé à l’Intensive Care Unit (ICU). Le 21 octobre 2020, le petit a été transféré en salle car son état s’est grandement amélioré alors que depuis un mois, un médecin avait déjà signé sa décharge. Or, il a cessé de recevoir de la visite.

Le personnel de l’hôpital a alerté la Child Development Unit (CDU) et même des travailleurs sociaux de Bambous pour qu’ils demandent à la mère de récupérer son enfant. Mais, elle n’est jamais venue. La police a été informée que les proches du nourrisson vivent dans des conditions précaires. Face à cette situation, la police compte privilégier le dialogue en leur faisant comprendre qu’ils peuvent bénéficier d’aide sociale pour le nourrisson. Si la situation ne change pas, la police se dit prête à procéder à des arrestations pour « child abandonment ».