Photo illustration

Une habitante de Roches-Brunes, âgée de 25 ans, a rendu l’âme à l’ICU de l’hôpital Victoria dimanche soir après un accident survenu la veille dans sa localité. Cette employée d’un spa était au volant d’une voiture de marque Honda en compagnie de sa belle-sœur (27 ans) quand, pour des raisons inconnues, elle a perdu le contrôle de son engin rue Hugnin, avant de finir sa course contre le mur d’un restaurant.

La conductrice était grièvement blessée aux jambes alors que la passagère a pu sortir du véhicule avec des blessures légères. C’est elle qui a appelé ses proches avant l’arrivée de la police pour emmener d’urgence la victime à l’hôpital. Sur les lieux de l’accident, la police a pris les mesures nécessaires pour déterminer les circonstances de la collision. Entre-temps, la conductrice a été placée en salle.

Une équipe de l’Emergency Response Service l’a soumise à un alcootest, qui s’est avéré positif. Quelques heures plus tard, l’état de santé de la jeune femme s’est détérioré et elle a été placée à l’ICU, où elle décédée dimanche soir. La police de Camp-Levieux compte questionner la rescapée pour tenter de comprendre les circonstances de cet accident.

Par ailleurs, un accident mineur à Sainte-Croix aurait pu avoir des conséquences dramatiques samedi soir après qu’un conducteur d’une voiture a été frappé. Cet électricien de 30 ans négociait un tournant quand il a heurté une moto en stationnement, sur laquelle il n’y avait personne. Le deux-roues a subi des dommages. Le trentenaire a ensuite vu quelques personnes au comportement violent. Craignant pour sa sécurité, il a démarré sa voiture pour s’enfuir. Mais trois motos l’ont pris en chasse et l’ont arrêté rue Bassin, dans la localité.

Puis, un groupe d’une vingtaine de personnes est venu dans sa direction, bloquant sa voiture. Des individus l’ont forcé à descendre pour ensuite le frapper. Selon le conducteur, des personnes ont volé son portable, une chaîne et une somme de Rs 2 000. Puis, l’un d’eux a pris sa voiture. L’électricien a marché pour se rendre au poste de police d’Abercrombie. Une dizaine de minutes après, un inconnu est arrivé avec son véhicule et lui a rendu les clés. Cependant, des personnes se sont massées devant le poste de police dans la nuit pour chercher réparation. Le plaignant a alors signé un constat à l’amiable avant de partir.

Le lendemain, il est retourné au poste de police pour porter plainte et dit avoir signé le document sous contrainte à cause de la présence d’un groupe hostile. Il a alors donné des détails sur son agression. Une enquête est en cours sur ce cas.