Le SP Dawon

Le surintendant de police Vijay Kumar Dawon a passé un sale quart d’heure lors de son audition d’hier. Appelé à apporter plus de détails, notamment sur les enregistrements des caméras de vidéosurveillance dans la région de La Louise et des “guest houses” identifiées, il a répondu avoir identifié trois maisons d’hôte dans cette région, dont Royal Holiday, qui appartiendrait à un certain Vishnu Appana.

Le SP Dawon devait confirmer que cette maison d’hôte se trouve dans le même bâtiment où résiderait Vinay Appanna, aussi connu comme Rudy. Il a ajouté que les caméras de cette maison ne sont plus opérationnelles depuis août 2020, selon les dires de la gérante de l’établissement. Idem pour les deux autres maisons d’hôte. Me Neerooa devait alors lui faire comprendre que, selon la loi en vigueur, une maison d’hôte se doit de garder les enregistrements vidéo de ses caméras de vidéosurveillance pendant une période minimum d’un an, et lui a demandé s’il avait pris les mesures nécessaires en tant que haut gradé de la police pour servir un avertissement à l’établissement pour infraction à la loi. Ce à quoi le SP Dawon s’est contenté de dire : « Je n’ai fait que faire le travail spécifique que la magistrate m’a chargé de faire. »

Me Neerooa a alors continué de plus belle : «  Selon la Police Act, si vous détectez un délit en tant que haut gradé, vous vous devez d’agir avec un avertissement, ou au moins un rapport. » Et de rappeler : « C’est très sérieux, car début 2020, il y avait encore des touristes à Maurice. » Le SP Dawon de répondre : « Je l’avoue. Je n’ai rien fait de tel. » Au sujet des enregistrements qu’il aurait pu trouver dans la région de Moka-Telfair, le SP Dawon a encore une fois avancé que tous les enregistrements ont été effacés, la capacité de stockage ne dépassant pas un mois. Me Neerooa, visiblement agacé, a alors conclu : « It is useless to dwell on these types of answers. »

Me Rama Valayden devait confronter le haut gradé à un courriel envoyé au commissaire de police pour lui demander de vérifier les caméras d’institutions bancaires dans ces régions. Et le SP Dawon d’avancer qu’il n’a à aucun moment été mis au courant de ce courriel. Le SP avait plus tôt expliqué que lors de son travail d’investigation à Quatre-Bornes, il avait identifié 96 commerces et institutions, dont 63 étaient équipés de caméras CCTV.

Par ailleurs, 33 propriétaires de ces commerces lui auraient répondu que les enregistrements de ces caméras sont conservés entre une semaine et un mois. Et le SP d’indiquer donc qu’aucun enregistrement de La Louise en date du 16 octobre ne pourra désormais être récupéré, vu le laps de temps écoulé.