Agalega vit un drame avec la disparition d’un marin indien. Le disparu se trouvait à bord du MV Glocem, (bateau étranger affrété par Afcons Infrastructure) en compagnie d’autres membres de l’équipage, lorsqu’il a été projeté par-dessus bord. Le jour du drame, la mer était démontée avec de fortes houles. Les autorités mauriciennes de même que le Haut-Commissariat indien ont été immédiatement informés par Afcons Infrastructure de ce cas de Missing en mer. Ce ressortissant était âgé d’une trentaine d’années.

Cela fait plusieurs mois que le bateau est arrivé à Agalega mais celui-ci se trouve en haute mer depuis la semaine dernière en raison de mauvaises conditions climatiques. Selon les premières informations disponibles, ce n’est qu’hier que la police a démarré son enquête car il a fallu attendre une amélioration des conditions climatiques pour aller rejoindre le MV Glocem en haute mer.

Le MV Glocem, un vraquier de 85 mètres de long, a été affrété par le contracteur indien pour le transport des matériaux de construction et de son équipage, qui compte une vingtaine de personnes.  Le Dornier était dans l’île vendredi dernier pour quelques heures dans le cadre des recherches du marin disparu en mer qui se poursuivent. Afcons Infrastructure aurait sollicité l’aide des navires étrangers se trouvant dans les eaux autour d’Agalega et disposant des équipements nécessaires pour entreprendre des recherches.

« Sa bato-la finn bizin al andeor parski letan pa ti zoli ditou lasemenn dernier », témoigne un habitant. « Ti ena gro divan, lapli e la mer ti bien move », poursuit-il. Selon plusieurs personnes dans l’archipel, la nouvelle de la disparition de ce marin indien en mer a jeté la consternation parmi les habitants et ce drame a ravivé chez eux de mauvais souvenirs liés à une tragédie en mer survenue en octobre 1989. Ils racontent que cinq habitants qui étaient sortis pour une partie de pêche, comme à leur habitude, ont disparu sous les vagues ce jour-là et les recherches pour retrouver leurs corps ont été vaines. « On avait retrouvé que la barque dans laquelle ils étaient partis », témoigne un habitant.