La police a arrêté un retraité de 62 ans, qui a donné des coups de bloc à un toxicomane de 36 ans. Ce dernier, résidant Vallée-Pitot, est en observation à l’Intensive Care Unit (ICU) de l’hôpital Jeetoo, où son état de santé est jugé sérieux. Au début, la police a traité ce cas comme un “injury through fall” après avoir découvert, lundi matin, le trentenaire ensanglanté, rue Leonce L’Oiseau, à Plaine-Verte. La victime portait de graves blessures à la tête. C’est un ami qui l’a emmené à l’hôpital.

Entre-temps, la police a cru qu’il s’était blessé en tombant, alors qu’il était sous l’influence d’une substance illicite. Mais, dans la journée, un témoin a expliqué aux enquêteurs que le trentenaire a été agressé par un habitant de l’endroit. Ce qui devait mener à l’interpellation du retraité. Ce dernier a accusé la police de n’avoir pas fait son travail. Il avance qu’il habite à quelques mètres d’une maison abandonnée, utilisée comme repaire pour des toxicomanes et des ivrognes. Le suspect a expliqué aux enquêteurs que plusieurs individus louches se rendent dans cette maison pour se saouler et se droguer, même en cette période de confinement. Et d’ajouter que ces personnes font du bruit toute la nuit et disent des jurons, incommodant les habitants.

Le retraité avance que lundi, aux petites heures du matin, une bagarre a éclaté entre un groupe d’individus qui fréquente cette maison abandonnée. Le suspect était excédé, car il n’a pu fermer l’œil de la nuit en raison du bruit à l’extérieur. Il dit avoir dénoncé à la police ce qui se déroulait dans ce lieu, mais que personne n’a pris ses doléances en considération. Le sexagénaire a alors confronté un groupe pour les chasser, mais la victime lui aurait tenu tête.

C’est alors que le retraité s’est saisi d’un morceau de bloc pour agresser l’habitant de Vallée-Pitot. Puis, il a quitté le lieu. Sauf que certains résidents de la rue Leonce L’Oiseau ont assisté à cette agression. Le suspect a été arrêté quelques heures plus tard et a été placé en détention au poste de police de Roche-Bois. Il fait l’objet d’une accusation provisoire d’agression avec préméditation. Malgré la version fournie par le suspect, la police le soupçonne de faire lui aussi partie de la bande de toxicomanes et qu’une bagarre a éclaté entre eux. Une enquête est en cours pour faire la lumière sur cette affaire.