L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) est en présence d’allégations contre le ministère de l’Economie bleue de Sudheer Maudhoo entourant l’octroi et la mise en opération d’une Coral Farming Licence à une compagnie appartenant à un membre de la famille Gurroby. En effet, la compagnie Supam Export Ltd, qui est dans le business de l’aquaculture, a formellement déposé des documents compromettants à l’ICAC. Tour semble indiquer que des mauvaises pratiques ont été portées à l’attention du ministre de tutelle.

« It came to my attention that the Gurroby were not only exporting corals illegally with the blessing of the Ministry of Ocean Economy but the shipment contained other illegal substances », allègue-t-on dans la plainte transmise au QG de l’ICAC hier.

Outre les permis de Semi-Industrial Fishing détenus par les Gurroby qui sont mis en cause dans l’opération Super Cargo de l’Anti-Drug Smuggling Unit (ADSU) ayant mené à la saisie de 269 kilos de drogue à Pointe-aux-Cannoniers, d’autres compagnies appartenant à cette famille du Nord de l’île sont aussi concernées par la culture de coraux, détenant une Coral Farming Licence.

C’est d’ailleurs l’octroi par le ministère de l’Economie bleue de Sudheer Maudhoo et l’opération de cette licence qui sont sujets à des dénonciations explosives à l’ICAC. La plainte formelle de Supam Export Ltd, pointe du doigt le ministre en question aussi bien que les officiers de son ministère pour avoir « protégé » les Gurroby qui sont dans ce business.

« In the year 2020, it came to my attention that corals from Mauritius were being sold on the international market. These corals were being exported illegally by the company Marine Ornamental World Ltd owned by the Gurroby family. Supam Export Ltd made several complaints to the Ministry of Ocean Economy but the illegal sales continued not only internationally but locally as well. A sister company of the Gurroby family, Reef for Life Ltd was being used to sell Aquariums with Live Corals in Mauritius… », souligne déclare Supam Export Ltd.

Une autre société, Ornamental Marine World Ltd, opérée par la famille Gurroby, est engagée dans la collecte et l’exportation de Live Marine Ornamental Fish. « Alors que les activités de Supam Export Ltd ont été délibérément mises en attente, Ornamental Marine World Ltd s’est vu accorder des faveurs pour opérer. L’Ornamental Marine World Ltd collecte et vend, exporte des coraux et Clown Fish, ce qui est en infraction aux règlements, qui nous sont imposées par votre ministère », avjoute Supam Export Ltd depuis l’année dernière. La compagnie dénonciatrice avance également que : « It came to my attention that the Gurroby were not only exporting corals illegally with the blessing of the Ministry of Ocean Economy but the shipment contained other illegal substances ».

Supam Export Ltd dit avoir officiellement informé Sudheer Maudhoo le 15 octobre dernier des mauvaises pratiques de la part des Gurroby. « Le 1er octobre, j’ai rencontré M. Maudhoo, et M. Norungee était également présent à la réunion. J’ai fait part de mon inquiétude concernant les activités illégales de la famille Gurroby. M.Maudhoo m’a indiqué en présence de M. Norungee que Gurroby est venu le voir et lui a présenté un projet d’élevage de corail auquel il a immédiatement accepté et a pris la décision de leur accorder une licence pour enlever et cultiver des coraux », poursuit Supam Export Ltd.

Cette dernière estime que le ministre Maudhoo aurait utilisé son pouvoir et sa position pour octroyer une licence de Coral Farming aux Gurroby « sans passer par les procédures auxquelles Supam Export Ltd a été sujette ». L’on avance également que bien que la licence ait été octroyée les Gurroby n’étaient pas autorisés à vendre ces coraux.

Ils bénéficiaient de la protection du ministère pour exercer toutes leurs activités illégales. Supam Export Ltd informe également l’ICAC avoir en janvier dernier rappelé au ministre Maudhoo et le ministère qu’en dépit d’avoir partagé des informations sur les activités illégales du Gurroby en octobre 2020, les faits présentés ont été ignorés. Elle demande à la Commission anti-corruption d’enquêter si Sudheer Maudhoo a référé l’affaire à la police, l’ADSU ou autre partie prenante à des fins d’enquête.