Il a passé quatre ans en détention préventive après avoir été arrêté en juin 2017 pour blanchiment d’argent allégué. Swaley Hosenally, un dessinateur d’une soixantaine d’années, pourra recouvrer la liberté en attendant l’éventualité d’un Main Case. Décision prise devant la Bail and Remand Court jeudi dernier. Swaley Hosenally aura cependant à fournir une caution de Rs 700 000.

Swaley Hosenally avait été arrêté le 1er juin 2017 avec USD 262 800, soit environ Rs 9 millions, alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion pour Madagascar. La police soupçonne que cet argent appartient à un présumé trafiquant de drogue et que le sexagénaire se rendait sur la Grande île pour le lui remettre. Le prévenu fait ainsi face à une accusation provisoire de blanchiment d’argent devant la justice.

Depuis sa détention, en 2017, ses demandes pour recouvrer la liberté ont été vaines. Il a de fait réitéré sa demande de liberté conditionnelle, mais la police y a objecté, avançant des risques qu’il soit tenté de fuir la justice par voie aérienne ou maritime, voire qu’il interfère avec les témoins ou qu’il récidive. L’inspecteur Besoimi, l’enquêteur principal, avait indiqué en cour que le prévenu a l’habitude de se rendre sur la Grande île. Il précise que l’enquête de police a été bouclée et qu’elle a été référée au bureau du DPP le 3 août 2021.

Dans son analyse des preuves, la magistrate Bismohun a pris note de la grosse quantité d’argent qui avait été saisie avec le prévenu, avançant que ce dernier « est une personne qui a les moyens » et qu’on « ne peut écarter la possibilité qu’il trouve une solution pour fuir le pays ». Toutefois, la magistrate devait soutenir qu’en quatre ans d’enquête, la police n’a toujours pas avancé de preuves concrètes pour expliquer comment Swaley Hosenally s’est retrouvé avec cette importante somme d’argent ou encore s’il fait partie d’un réseau de trafic de drogue.

La magistrate devait aussi avancer qu’il n’y a aucune indication quant à savoir quand une accusation formelle sera logée contre le prévenu. Pour ses raisons, elle a accordé la liberté à ce dernier, mais sous de strictes conditions. Il devra ainsi fournir deux cautions de Rs 350 000 et signer une reconnaissance de dettes de Rs 5 M. En outre, il devra se présenter deux fois par jour au poste de police de sa localité, soit entre 6h et 9h et entre 18h et 20h.
Ce n’est pas tout, puisque le prévenu devra aussi observer un couvre-feu de 20h à 5h, et devra informer la police de ses moindres faits et gestes. Il lui est aussi interdit d’entrer en contact avec d’autres personnes que les forces de l’ordre.