Un habitant de Calebasses âgé de 39 ans a été arrêté par la police, qui le recherchait depuis plusieurs semaines dans le sillage de plusieurs plaintes portées contre lui pour escroquerie alléguée. L’équipe du sergent Forod, de la Crime Intelligence Unit, a mis la main sur lui à Pamplemousses, l’homme ayant en effet quitté son domicile pour échapper à ses victimes, qui venaient chez lui pour lui réclamer leur argent. Raison pour laquelle le suspect avait également opté pour un changement d’apparence. L’homme a été remis à la police de Pamplemousses, où il a été interrogé.

Une première plainte avait été logée cette année contre lui par un quinquagénaire de Montagne-Longue, pour une affaire d’escroquerie alléguée remontant à 2013. Selon le plaignant, le suspect lui avait fait croire à l’époque qu’il avait des contacts au ministère du Transport et de la National Transport Authority (NTA), et qu’il pouvait par conséquent lui obtenir la patente d’autobus qu’il attendait. Le présumé escroc lui aurait ainsi montré des documents en vue de le piéger. C’est ainsi que la victime a fini par lui remettre une somme de Rs 130 000 pour couvrir les frais d’enregistrement et d’autres dépenses.

Dans sa version, le plaignant explique qu’en janvier 2014, le suspect lui avait remis des documents de la NTA, qui se sont révélés faux. Le quinquagénaire aurait alors tenté de se faire rembourser, en vain.

Une autre affaire impliquant le présumé escroc remonte à 2016. Cette année-là, le suspect avait fait un marché avec un habitant de L’Aventure afin que ce dernier ramène chez eux des employés d’un supermarché et d’un restaurant de Grand-Baie après leur journée de travail. Sauf qu’après deux mois de service, ce propriétaire de minibus n’était toujours pas rémunéré, portant le préjudice à Rs 55 000. Somme en réalité perçue par « l’escroc », qui empochait en réalité l’argent de ses clients.

Il aurait usé du même subterfuge envers la directrice d’une compagnie de transport, elle aussi chargée du transport d’employés. Sa note s’élevait cette fois à Rs 69 200. Et comme dans le premier cas, la plaignante n’aura rien perçu. Enfin, en novembre 2018, un habitant de Bois-Rouge, voulant acheter le van du suspect, avait versé à ce dernier Rs 150 000, somme correspondant à la première tranche du paiement. Plusieurs mois plus tard, non seulement le plaignant n’aura jamais vu la couleur du véhicule, mais il n’aura pas non plus été remboursé.

Toutes ces plaintes ont été logées au poste de police de Pamplemousses cette année. Les enquêteurs soupçonnent cependant que le suspect a pu faire d’autres victimes, lesquelles ont préféré ne pas porter plainte. Après son interrogatoire, l’escroc présumé a été relâché sur parole. Il sera prochainement inculpé en justice.