C’est sur un terrain en friche que Sachin Teeree s’est débarrassé du corps de l’enfant

Le Forensic Scientist Vikash Rumessur a été appelé à donner des détails sur son rapport scientifique dans le cadre du procès institué dans le cadre du meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, survenu le 20 octobre 2018 à Gros-Cailloux.

Le témoin devait confirmer avoir retrouvé l’ADN de la victime de même que celui de Sachin Tetree dans les traces de sang découvertes sur un rocher situé sous un robinet dans le jardin de la mère de Sachin Tetree, à Gros-Cailloux.

Dans ses aveux, Sachin Tetree avait expliqué aux enquêteurs qu’il s’était rendu au domicile de sa mère immédiatement après avoir commis son crime ce soir-là, et que son premier réflexe avant été de se laver les mains sous ce robinet et de changer de vêtements. La preuve médico-légale que Sachin Tetree portait le sang de la victime sur ses mains a été établie aux Assises, lors de l’audition du Forensic Scientist Vikash Rumessur.

Questionné par Me Azam Neerooa, qui représente la poursuite, sur ses rapports concernant les pièces à convictions obtenues des enquêteurs ainsi que son examen du jardin de la mère de l’accusé, à la requête de la police, il devait faire des révélations de taille. Le témoin devait ainsi confirmer les conclusions de son rapport soumis le 16 mai 2019 du fait qu’il y avait bien l’ADN du petit Ritesh Gobin et celui de l’accusé dans les traces de sang découvertes dans le jardin de la mère de Sachin Tetree, a Gros-Cailloux.

Un échantillon de ce sang avait ainsi été examiné au Forensic Science Laboratory (FSL) et devait établir qu’il y avait bien l’empreinte génétique de la victime, jugée même comme étant le “major contributor” dans ses taches de sang, où se trouvait aussi l’ADN de Sachin Tetree. En ce qui concerne le cutter qui aurait été utilisé pour égorger le petit garçon, ne lui donnant aucune chance de survie, le FSL devait confirmer que le sang détecté appartenait bien à la victime. Le témoin a toutefois indiqué n’avoir pas décelé l’ADN de Sachin Tetree sur le manche de l’arme.
L’arme du crime a aussi été le sujet de l’interrogatoire du témoin. Pradeep Beebadum a été présenté comme le boutiquier qui avait vendu le cutter à l’accusé le jour du drame, ainsi qu’une boisson alcoolisée, dans sa boutique familiale sur la route principale de Petite-Rivière. Il est ainsi venu confirmer en cour qu’il avait bien vendu cet objet pour Rs 15 à Sachin Tetree. Le boutiquier avait également été sollicité par les enquêteurs pour un exercice d’identification aux Casernes centrales, au cours duquel il avait positivement identifié Sachin Tetree comme étant celui qui était venu acheter le cutter. Selon lui, l’accusé avait aussi admis avoir acheté ce cutter avec cette personne.

Par ailleurs, le constable Norbert Manoovaloo a été confronté à une série de questions de la part de Me Erickson Mooneeapillay, avocat de Sachin Tetree, concernant le sac de l’accusé qui avait été saisi lors de l’enquête. Me Mooneeapillay a ainsi voulu connaître les raisons pour lesquelles le sac n’avait pas été examiné par le FSL.

Le constable Norbert Manoovaloo devait alors indiquer que le sac en question avait été sécurisé dans un champ de cannes quelques jours après le drame et que le sac était « trempé et boueux » en raison de la pluie. Le constable a soutenu que ses supérieurs ne lui avaient pas demandé d’envoyer le sac au FSL, vu qu’aucune preuve médico-légale n’aurait été décelée du fait de son état. Et d’avancer que l’accusé avait identifié le sac comme étant le sien.

Trois autres témoins ont aussi été entendus lors de l’audience d’hier. L’assistant surintendant de police Subash domun a ainsi expliqué qu’il avait rendu visite le 16 mars 2020 à Sachin Tetree à la prison de Beau-Bassin pour lui faire part de la charge de meurtre qui a été retenue contre lui. Le constable Jules Dylan avait par ailleurs agi comme sentinelle lorsque le corps de la victime avait été transporté à l’hôpital Victoria en vue de l’autopsie. Quant au constable Jean Yves Hippolyte, du Scene of Crime Office, il avait assisté à l’autopsie pour, par la suite, reprendre les pièces à convictions, en l’occurrence des vêtements de la victime.

Pour rappel, Sachin Tetree fait face à un procès devant un jury composé de six femmes et trois hommes devant les Assises dans le cadre de cette affaire de meurtre, du fait qu’il a plaidé non-coupable.