Marie Claudina Azie (48 ans), plus connue comme Dalida, et Jean Daniel Prosper (32 ans), alias C-Top, ont été arrêtés lors d’une opération de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU), hier à Baie-du-Tombeau, pour trafic de Rs 2 355 000 d’héroïne. Depuis plusieurs jours, l’équipe du Detective Inspector Lepois avait appris que les suspects remettaient de l’héroïne à des dealers alors que cette drogue se fait rare sur le marché depuis le confinement sanitaire.

En plus, les Field Intelligence Officers ont noté ces derniers temps que plusieurs toxicomanes se dirigeaient vers la rue Flamboyant où réside le couple. Ainsi, la police a perquisitionné cette maison où dans un premier temps, elle est tombée sur C-Top qui manipulait une substance dans un plat à l’aide de rasoirs. Tandis que dans une bouteille en plastique, l’ADSU a découvert 420 doses d’héroïne déjà préparées dans des feuilles en aluminium et prêtes à la vente.

Dans trois autres sachets en plastique, de l’héroïne soigneusement enroulée dans du ruban adhésif a été découverte. Les policiers ont également saisi une balance électronique contenant des traces de drogue et 51 morceaux de papier en aluminium déjà coupés pour y mettre de la drogue.

Interrogés sur la provenance de cette drogue, les suspects n’ont rien voulu dévoiler sur l’identité du commanditaire. Rien d’autre de suspect n’a été trouvé dans les autres pièces de la maison. La police a récupéré la drogue qu’elle a mise sous scellés et devait conduire les deux suspects aux Casernes centrales où elle a saisi leurs portables pour les besoins de l’enquête.

Une nouvelle fois, Marie Claudina Azie et Jean Daniel Prosper n’ont pas voulu dire où ils avaient trouvé cette quantité d’héroïne. Sur les instructions du surintendant Imembaccus, ils ont été placés en détention. Ils sont attendus au tribunal de Pamplemousses ce mardi et une accusation provisoire de “possession of heroin for the purpose of distribution with averment of trafficking” sera retenue contre eux. Selon nos renseignements, la police compte objecter à leur remise en liberté conditionnelle. Les enquêteurs n’écartent pas d’autres arrestations dans cette affaire à mesure que l’enquête progresse.