Un entrepreneur de 40 ans s’est fait extorquer une somme de Rs 13 000 par une inconnue à cause d’une liaison extraconjugale. Dans sa déposition à la police lundi, cet homme marié avance qu’il sortait avec une habitante de Pamplemousses (22 ans) depuis quatre ans et que, fin août, ils ont eu des rapports sexuels dans une villa, à Grand-Baie. Et d’ajouter que, depuis le 5 septembre, il a décidé de mettre un terme à cette relation.

Mais le 11 septembre, le quadragénaire a reçu un message d’une femme se présentant comme la responsable d’une Ong basée à la prison de Beau-Bassin. Son interlocutrice lui a fait croire que son ex-maîtresse lui a confié qu’elle souhaitait porter plainte pour viol suite à leur escapade à Grand-Baie. Cette supposée travailleuse sociale a avancé qu’elle a convaincu la jeune femme de ne pas porter l’affaire à la police, mais qu’en contrepartie, il devra débourser Rs 13 000 pour que son ex-maîtresse garde le silence.

Au cas contraire, cette dernière a menacé de tout dévoiler sur les réseaux sociaux avec des vidéos à l’appui, et ainsi salir la réputation du quadragénaire. Comme le plaignant était paniqué, il a fait transférer la somme demandée à son interlocutrice. Cette dernière est revenue à la charge lundi avec un nouveau message faisant croire à l’entrepreneur qu’il devait se présenter devant un juge de la Cour suprême et que, s’il ne souhaite pas un procès pour viol, il devait encore débourser une autre somme d’argent.

Comme le quadragénaire n’a reçu aucune convocation de la cour, il s’est douté que son interlocutrice lui a tendu un piège pour l’extorquer. Il s’est alors rendu à la police pour porter plainte, tout en montrant les messages que lui a envoyés la suspecte. Le plaignant soupçonne son ex-maîtresse et un de ses proches d’être derrière cet acte. La police a ouvert une enquête.