Source Photo : https://la1ere.francetvinfo.fr/

Le Prince, bateau qui a échoué jeudi à Saint-André, La Réunion, intéresse l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) – qui souhaite établir son itinéraire en mer. L’embarcation immatriculée PC 1065 OL 10, appartenant à la compagnie Sea Luck Ltd, a quitté Le Morne lundi pour se retrouver à l’île sœur quatre jours plus tard. Or, la traversée entre les deux îles se fait au maximum en un jour avec un moteur peu puissant, contrairement aux engins dont dispose Prince.

La police soupçonne que trois habitants de Bel-Ombre se trouvaient à bord, soit les skippers Louis Arnaud Kinsley Bhawaneedin (24 ans), Jason Christopher Louis (24 ans) et un certain Rama. Ces derniers ont quitté leurs proches lundi après-midi en disant qu’ils allaient pêcher et seraient de retour dans moins de 24 heures. Sauf que la police soupçonne que leur itinéraire était tout autre, surtout avec la découverte de paquets de cigarettes et de substances soupçonnées d’être de la méthamphétamine, sur le rivage de Saint-André.

Or, les paquets de cigarettes portaient le logo de la Mauritius Revenue Authority (MRA), confirmant qu’elles étaient bien à Maurice et qu’elles ont reçu le feu vert de la douane pour être écoulées sur le marché. En se basant sur ce raisonnement, l’ADSU compte solliciter la MRA pour déterminer qui a pris réception d’une importante quantité de cigarettes dernièrement. La police a appris que certaines régions à l’île de La Réunion sont frappées par un manque de cigarettes sur le marché. Les Casernes centrales soupçonnent qu’après avoir embarqué sur Prince, le trio s’est dirigé vers une autre destination sur le littoral pour prendre à bord des paquets de cigarettes plus tard. Comme l’ADSU soupçonne qu’ils ont pris la direction de l’île sœur mercredi pour ensuite échouer à Saint-André le lendemain, le “time-frame” entre lundi soir à mardi soir intéresse la police. Elle compte visionner les caméras de Safe City pour établir si les images des disparus ont pu être enregistrées dans un endroit en particulier.

De son côté, le National Coast Guard de Bel-Ombre a patrouillé une partie de la côte ouest sans rien trouver, après que la police leur a signalé cette disparition mercredi. L’ADSU soupçonne que les Mauriciens avaient déjà mis le cap sur La Réunion. Par ailleurs, l’ADSU est « surprise » que les proches du dénommé Rama n’aient pas signalé sa disparition à la police. Ce qui pousse les enquêteurs à croire qu’il a pu gagner la terre à La Réunion. Le propriétaire de Prince, directeur de la compagnie Sea Luck, résidant à Quatre-Bornes, a déclaré qu’il avait laissé l’embarcation chez Rama depuis plusieurs semaines car il n’y a pas de place chez lui. Il a pris cette décision car le bateau était dans l’attente du feu vert de la Tourism Authority avant de naviguer.

La police compte l’entendre pour plus de précisions et pour savoir si les disparus l’ont alerté entre lundi et jeudi. Les Casernes centrales travaillent en collaboration avec les autorités réunionnaises en vue de tirer cette affaire au clair. À vendredi après-midi, les trois Mauriciens étaient eux toujours portés manquants.