La police a dû intervenir pour qu’un chauffeur de taxi (50 ans) accepte de se rendre en quarantaine. Un préposé du ministère de la Santé s’est rendu chez lui à Bel-Air-Rivière-Sèche mercredi lors d’un exercice de “contact tracing” après un cas positif de COVID-19 détecté dans un centre commercial à Rose-Belle. « Mo pa pou ale mwa, mo tou sel ki ress la. Si kitsoz perdi, eski ou pou pran responsabilite », a lancé le quinquagénaire.

Le lendemain, la police s’est rendue chez lui pour le convaincre. Finalement, il a été conduit dans un centre de quarantaine à Quatre-Bornes. Néanmoins, une enquête pour “breach of Quarantine Act” a été ouverte sur sa personne.