Photo d'illustration

Une vingtaine de Bangladeshis qui faisaient des travaux de construction au showroom d’Autoworld de Bell-Village, sont portés manquants depuis mercredi. Une déposition dans ce sens a été faite à la police par un représentant de l’Eastern Properties and Investment Co. Ltd. Ces étrangers, dont le permis de travail n’a pas encore expiré, travaillaient comme tailleurs de pierre.

La direction de l’entreprise ignore pour le moment les raisons pour lesquelles ces derniers ont délaissé leur emploi. Elle a déjà communiqué à la police leurs noms ainsi que leurs numéros de passeport. La police a déjà ouvert une enquête et leurs dossiers ont déjà été transmis au Passport and Immigration Office. Par ailleurs, un autre Bangladeshi travaillant pour le compte d’un snack, situé à Circonstance, Saint-Pierre, a été signalé disparu, mercredi. En poste à Maurice depuis 2017, le contrat du travailleur expire en août prochain.

Pour le syndicaliste Fayzal Ally Beegun, qui défend la cause des travailleurs étrangers, le gouvernement doit faire une étude pour expliquer pourquoi les travailleurs étrangers délaissent leur emploi et disparaissent dans la nature. Il est d’avis qu’il se pourrait qu’un trafic humain s’opère dans le secteur. Selon lui, bon nombre de ces travailleurs délaissent leur emploi pour aller travailler illégalement chez des particuliers. En l’absence de protection de la part des autorités, ils sont alors exploités à outrance et s’exposent au Covid-19.

Au ministère du Travail, on suit de très près ce dossier et on rappelle que ceux qui emploient des étrangers à Maurice de façon illégale sont passibles d’une amende de Rs 25 000 à Rs 50 000 et une peine d’emprisonnement allant jusqu’à deux ans. Il est à noter qu’à juin 2021, le nombre de travailleurs étrangers qui ont été rapportés disparus s’élevait à 2 224.