Une collision a été évitée de justesse dernièrement entre un hélicoptère et un parapentiste à 2 000 pieds d’altitude au-dessus de la Kestrel Valley, à Bois-des-Amourettes. Au courant de la situation et au vu du nombre grandissant de personnes pratiquant cette activité, les Casernes centrales tiennent à rappeler que le vol en parapente est interdit sans une autorisation préalable de l’aviation civile, et ce, en vertu de l’article 4 de la Civil Aviation Act, laquelle stipule : « No person shall operate an aircraft or an air transport service unless he holds a licence to do so. »

Dans un communiqué émis hier, le commissaire de police, Anil Kumar Dip, avance que la police a noté que cette activité se déroule sans autorisation dans plusieurs régions du pays. Et d’ajouter que le parapente peut représenter un danger pour l’espace aérien, mais aussi pour le parapentiste, qui risque de se blesser grièvement ou même de se tuer en cas de collision avec un appareil aérien. Tout contrevenant est par ailleurs passible d’une amende pouvant atteindre Rs 10 000 et d’une peine maximum d’un an de prison. Pour rappel, le parapente est un aéronef dérivé du parachute permettant la pratique du vol libre.