photo illustration

En toile de fond, Rs 80 000 pour une sortie en haute mer

La CID de la Western Division enquête sur un cas allégué de séquestration avec en toile de fond un réseau impliqué dans des activités illicites. Le cas a été rapporté à la police mardi par un skipper, âgé de 38 ans. Ce dernier avance que le 23 juin, un habitant de Flic-en-Fiac, qu’il connaît sous le sobriquet de « Marsan Boulet », lui aurait dit qu’un ami cherchait une embarcation pour une sortie en haute mer. Le plaignant dit avoir fixé le prix à Rs 80 000.

Le lendemain, le trentenaire dit avoir rencontré son « client », un dénommé Rama, dans le centre commercial de Cascavelle, et ce, en présence de l’intermédiaire. Après discussion, le skipper a reçu la totalité de la somme négociée, le départ étant prévu pour le 1er juillet.

Mais ce même jour, le client a demandé à rencontrer une fois encore le plaignant à Beaux-Songes. Le skipper a accepté et s’est rendu à l’endroit convenu dans sa Mercedes. Le dénommé Rama lui aurait alors dit qu’il n’était plus intéressé par cette sortie en mer, réclamant un remboursement.

Problème : le skipper avait déjà dépensé une partie de l’argent, et il ne lui restait plus que Rs 57 000, somme qu’il avait sur lui. Néanmoins, ce dernier s’est engagé à remettre la différence  quelques jours plus tard. Mais le dénommé Rama s’est vexé et a sorti un couteau, avec lequel il aurait menacé le skipper. « Rant dan loto nou ale », lui aurait-il ordonné. Après quoi le suspect se serait mis au volant de la Mercedes avant de prendre la direction de Cascavelle.

Selon la présumée victime, une autre voiture les suivait. Arrivé au parking du centre commercial, Rama est descendu du véhicule, dit-il, rejoint aussitôt par le conducteur de l’autre véhicule, lequel lui aurait indiqué les endroits où se trouvaient des caméras dans le périmètre. C’est alors qu’ils se sont dirigés vers le domicile de « Marsan Boulet » à Flic-en-Flac.

Le skipper avance que les suspects ont ensuite rédigé un document où il s’engageait à vendre sa Mercedes pour un montant de Rs 80 000. Mais le skipper dit avoir refusé, provoquant ainsi la colère des autres complices, qui l’auraient ensuite menacé d’un couteau et d’un samouraï.

La présumée victime dit avoir été contrainte de signer le document. Après quoi Rama lui a ordonné d’apporter une somme de Rs 80 000 afin de récupérer son véhicule. Le plaignant a cependant essayé de lui faire comprendre qu’il ne devait que Rs 23 000, car il avait déjà remis une somme de Rs 57 000.

En vain. Les individus ont ensuite pris la voiture, son permis de conduire ainsi que d’autres documents personnels. La CID compte vérifier les informations fournies par le plaignant à travers les images des caméras de la Safe City à Cascavelle, Flic-en-Flac et Beaux-Songes. Les enquêteurs soupçonnent que les suspects auraient pris la Mercedes de la victime pour une tout autre raison.

Affaire à rebondissements à suivre.