Rishikesh Hurdoyal, le frère du ministre de la Fonction publique Vikram Hurdoyal, et ancien membre du conseil d’administration de la State Bank of Mauritius (SBM), a été convoqué ce matin par le Central Criminal Investigation Department (CCID) dans le cadre de l’enquête criminelle initiée pour établir les responsabilités autour des “toxic loans” de cette banque d’Etat. L’interrogatoire de ce protégé de Lakwizinn du PMO s’inscrit dans le cadre des “risky exposures” de l’ordre de plus de Rs 3,5 milliards pour des prêts accordés, soit USD 40,44 millions à Renish Petrochem FZE et USD 27 millions au Pebari Investment Group, et d’autres facilités bancaires à Welwyn Co Ltd.

Les limiers du CCID s’intéressent désormais aux manœuvres, soit les paramètres dans lesquels le Bank Credit Committee de la SBM, sur lequel siégeait Rishikesh Hurdoyal, a procédé à l’octroi de ces prêts, notamment en ce qui concerne les conditions qu’il fallait que les compagnies des hommes d’affaires, principalement des Indiens, honorent.

Le nominé politique de Lakwiznn du PMO au sein de la SBM Bank devra être entendu sur les dessous de ces deals, dont celui de Renish Petrochem FZE, qui aurait coûté à la SBM Rs 1 milliard et le suivi de ce dossier par le BCC de la banque au regard des négligences professionnelles mises en relief par les enquêtes internes conduites par l’Anti-Fraud Department de la SBM. Les explications de Rishikesh Hurdoyal sont attendues sur le mandat accordé au personnel de la banque dont l’ancien Chief Executive Officer Raj Dussoye, qui aurait permis le Segment B d’opérer en l’absence de procédures adéquates et d’avoir assigné les responsabilités prédéboursement à la Compliance Division dans un “procedural vacuum” et aussi les marges de manœuvres de l’ancien Head of Trade Finance Cluster of Segment B, Ibrahim Malleck pour ces Credit Facilities accordées à Renish Petrochem FZE en faisant fi des conditions rattachées par le BCC de la SBM. Rishikesh Hurdoyal devrait fournir des explications pourquoi le BCC n’a pas tiré la sonnette d’alarme sur ces transactions ayant causé des préjudices financiers conséquents dans les comptes de la SBM, notamment avec les profits de la banque ramenés à seulement Rs 15 millions pour l’année 2019.

Ces conditions avaient pour les prêts en faveur de Renish Petrochem FZE « were discussed at different BCC meetings and a final approval was obtained on 26 October 2017 », précise-t-on dans les milieux informés de la SBM. D’ailleurs, cette affaire a secoué au moins trois départements de la SBM Bank, soit la Credit Team, la Credit Underwriting Team et l’Internal Audit Department. Rishikesh Hurdoyal a récemment été nommé à la tête de la Mauritius Shipping Corporation Ltd (MSCL), qui est sous la tutelle du ministre de l’Économie bleue et de la Pêche, Sudheer Maudhoo.

Cette nomination est intervenue peu de temps après qu’il a été éjecté du conseil d’administration de la SBM Bank, où il siégeait comme Independent Director depuis son dernier mandat. Avec son poste de Chairman de la MSCL, Rishikesh Hurdoyal touchera des “fees” mensuels de Rs54 450. Il bénéficiera aussi d’une “entertainment allowance” de Rs 10 125 par mois. Il aura aussi droit à une voiture avec chauffeur, une allocation pour 245 litres d’essence mensuellement et 25% de ses fees comme end of year gratuity. Rishikesh Huroyal est très proche de l’Inner Circle du Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth. Son nom figurait d’ailleurs parmi les agents électoraux de Moka/Quartier-Militaire pour les élections de décembre 2014.

Après Rishikesh Hurdoyal, le CCID devrait en toute probabilité entendre également un autre ancien membre du BCC de la SBM, le candidat battu de l’Alliance Morisien aux dernières élections dans la circonscription de La Caverne/Phoenix (No 15), Mahmadally Burktoola.

Affaire à suivre…