Jean-Michel Giraud, le président du Mauritius Turf Club (MTC), a été interrogé pendant cinq heures dans les locaux du Central CID mercredi dans le sillage d’une plainte logée par un bookmaker. L’accusation est d’avoir fait, lors d’une émission radiophonique, de « graves allégations » à son encontre. Il a notamment dit avoir noté qu’au moins cinq bookmakers déclarent des revenus de moins de Rs 750 000 par journée de courses alors que le chiffre d’affaires des autres bookmakers serait « deux à trois fois plus élevé ».

Cependant, Jean-Michel Giraud aura pris soin de ne donner aucun nom au cours de ladite émission.

Seul problème : un des bookmakers, se sentant « lésé » par cette affirmation, estime que le président du MTC a « tenté de faire croire » qu’il falsifie son chiffre d’affaires et qu’il contribuait, ce faisant, à « enrichir les paris illégaux ». Des allégations que Jean-Michel Giraud a rejetées en bloc lors de son interrogatoire, tout en rappelant qu’il n’avait cité aucun nom.

Les policiers ont néanmoins voulu en savoir plus, à commencer par savoir où l’intéressé avait obtenu ses informations, les « turnovers » des bookmakers étant en effet déclarés dans le serveur de la Gambling Regulatory Authority (GRA). Jean-Michel Giraud n’aurait cependant pas souhaité répondre à certains éclaircissements. Quant aux enquêteurs, ils ont entendu, à titre de témoins, des journalistes de différentes salles de rédaction, de même que Dev Bheekarry, de la GRA, afin de s’enquérir du fonctionnement de ce serveur interne et de savoir qui aurait pu divulguer des informations au président du MTC.

Ce dernier a été autorisé à partir après cette première séance d’interrogatoire. De retour au CCID ce jeudi, il sera confronté à une autre partie des propos qu’il a tenus par rapport à la GRA lors de l’émission radiophonique, dont la bande sonore sera entendue. À ce stade, aucune source n’a confirmé si Jean-Michel Giraud risque une inculpation en justice. Ce dernier a retenu les services de Me Gavin Glover, Senior Counsel.