– Les empreintes des suspects comparées aux prélèvements sur les billets en euro récupérés à bord

Le Central CID soupçonne que l’équipage du bateau de plaisance intercepté au large du Coin de Mire le 28 mai devait récupérer une cargaison de cannabis, plus connu comme “zamal” à l’île de La Réunion. En se basant sur les objets saisis à bord dont 13 000 euros, environ 620 litres de diesel dans 12 bidons, trois cannes à pêche et une dizaine de boissons gazeuse, les enquêteurs estiment que les suspects devaient faire un aller-retour express entre les deux îles, sans mettre pied à terre. « Cela aurait éveillé les soupçons de la police réunionnaise s’ils avaient laissé leur embarcation sans surveillance sur le rivage. »

En mer, c’est le skipper Jean Micheal Piter Larhubarbe (40 ans) qui était au courant de la destination et connaissait le vendeur de “zamal” qu’il devait rencontrer une fois à La Réunion pour conclure la transaction. C’est en tout cas la thèse avancée dans le milieu des enquêteurs. Sauf que cet habitant de Grand-Gaube dit ne rien savoir sur des devises retrouvées à bord et il a insisté qu’il voulait tester ses deux moteurs de 115 chevaux. Le CCID arrive difficilement à croire cette déclaration au vu des autres objets saisis. Le mécanicien Alexandre Nicolas David (31 ans) et le maçon Melvyn Cassadin (19 ans), tous deux issus de Grand-Gaube, connaissent très bien le skipper.

L’équipe du DCP Jangi trouve « étrange » qu’aucun des suspects n’ait été en possession de leurs portables qu’ils auraient jetés à la en mer avant que la National Coast Guard monte à bord. Ces appareils, dont celui de Jean Micheal Larhubarbe, auraient permis d’obtenir des informations sur le réseau opérant à Maurice et le contact réunionnais. Néanmoins, tout n’est pas perdu pour la police qui compte se tourner vers les opérateurs de communication mobile pour obtenir des renseignements sur les appels effectués avant le 28 mai.

Par ailleurs, les suspects devront soumettre Ieurs empreintes qui seront comparées aux prélèvements effectués sur certains billets saisis. À ce stade, aucun d’entre eux n’a donné une explication sur la provenance de I’argent. Le CCID soupçonne que ce serait l’éleveur de porcs Alvino VaIentin (25 ans) qui serait celui qui a monté toute l’opération, trouvé des personnes pour financer celle-ci et un équipage pour prendre la mer. Tandis que le chauffeur de taxi Bhavish Prabhat Persand aurait contribué une partie des 13 000 euros saisis. Quand à Micheal Jason Mootoosamy et Hugo Georges Harel, la police Ies soupçonne d’avoir aidé à la préparation de cette expédition ratée.