Le ministre du Commerce et colistier du Premier ministre dans la circonscription No 8 (Moka/Quartier-Militaire) Yogida Sawmynaden a été formellement dénoncé à l’ICAC hier après-midi pour l’utilisation de l’identité de Simla Kistnen comme bénéficiaire de la Constituency Clerk Fee mensuelle, soit Rs 15 000, émanant de son salaire.

À l’issue de la visite des lieux où le corps calciné de son époux, Soopramanien Kistnen avait été retrouvé, Simla Kistnen s’est rendue au QG de la Commission anti-corruption pour officiellement rapporter cette affaire en compagnie de ses hommes de loi, Mes Sanjeev Teeluckdharry, Anoup Goodary et Shahzaad Mungroo. La veuve allègue que Yogida Sawmynaden a utilisé son nom pour l’enregistrer comme Constituency Clerk sans qu’elle ne soit au courant. Simla Kistnen a avancé avoir découvert que son nom était utilisé par le ministre lorsqu’elle a tenté d’obtenir une allocation sous le Self-Employed Assistance Scheme. Ses démarches se révélant vaines, elle a en compagnie de son époux cherché des explications auprès de la Mauritius  Revenue Authority. Étant vendeuse de « roti », elle devait recevoir son allocation de Rs 5100 mais les responsables lui auraient fait comprendre qu’elle a un employeur, soit le ministre Sawmynaden, et que son plan NPS était actif.

Simla Kistnen aurait également laissé entendre que son époux était furieux que Yogida Sawmynaden ait procédé ainsi alors que l’agent MSM aurait convenu qu’elle allait trouver un emploi dans un corps-paraétatique pour elle.

À sa sortie de l’ICAC hier, Me Sanjeev Teeluckdharry affirme, lui, qu’il faut tirer au clair cette affaire et établir si le ministre est coupable de « using office to obtain gratification for himself ». « Eski finn servi so nom ek inn anpes li gagn so bann schemes? Gouvernman osi bizin reponn pou sa ek pran so responsabilite », a déclaré l’homme de loi en soutenant que sa cliente clame qu’elle n’a jamais touché ce ‘salaire’ de Rs 15 000 déboursé par l’État. Le Leading Counsel de Simla Kistnen, Me Rama Valayden affirme pour sa part espérer qu’il y aura un « prima facie case » dans les jours à venir contre Yogida Sawmynaden. Pour lui, si dans ce cas l’ICAC prend son temps pour agir, la population pourra tirer ses propres conclusions. Affaire à suivre…