- Publicité -

(Cour de Rose-Hill) Après sa comparution : Un récidiviste s’évade pour se cacher dans un magasin

Il s’est échappé du poste de police de Beau-Bassin une première fois le 6 juillet lorsque des policiers tentaient de l’appréhender

- Publicité -

Un récidiviste de 24 ans a pris la fuite du tribunal de Rose-Hill, jeudi, après sa comparution à l’issue de laquelle il n’a pas eu de caution. Menotté, il a couru dans les rues de la ville et il a trouvé refuge dans un magasin. Les employés étaient terrorisés par cette scène d’autant plus qu’une dizaine de policiers ont pris d’assaut le commerce pour interpeller le fuyard, jugé dangereux.

Cet incident s’est déroulé vers 12h45 alors que des charges provisoires de séquestration et Assaulting Police Officer avaient été retenues contre lui. Il a été placé en détention préventive jusqu’au 21 juillet.

Un policier avait fait sortir le récidiviste de la salle No 1 du tribunal et attendait à l’entrée du bâtiment pour le placer ans le fourgon cellulaire. Profitant de la situation, ce dernier a violemment poussé l’officier et il a couru en direction de la route Royale de Rose-Hill. Les autres policiers présents en Cour se sont mis à ses trousses alors que les membres du public, effrayés, n’ont pas osé l’arrêter.

Deux cents mètres plus loin, le récidiviste est entré dans un magasin de meubles, créant la panique parmi les employés sur place. Les policiers ont vite bloqué la sortie alors que certains d’entre eux se sont mis à la recherche du fuyard. Ce dernier s’est caché derrière un meuble. Il a fallu plusieurs policiers pour le maîtriser car il était tout excité et a même menacé de tout saccager.

Finalement, le jeune homme a été arrêté et conduit en détention au poste de police de Beau-Bassin. Puis, il a été transféré au High Security Ward de l’hôpital Brown Séquard. Deux policiers ont fait une chute sur l’asphalte et se sont blessés lorsqu’ils pourchassaient le récidiviste. Ce dernier était déjà en liberté conditionnelle pour un cas d’agression.

Son ex-concubine de 21 ans avait porté plainte contre lui pour séquestration. Elle a fait la connaissance du jeune homme en octobre de l’année dernière à travers Facebook. Après six mois d’échanges, elle l’a rencontré à quelques reprises à Flacq depuis mars. Puis, le suspect lui a proposé d’emménager chez lui à Beau-Bassin. La jeune femme ignorait tout du passé de son amoureux et devait vivre avec lui au début du confinement.
Son calvaire a commencé quelques semaines plus tard lorsqu’il s’est mis à l’agresser tout en menaçant de la tuer. « Si to pou dir to bann fami ek bann dimounn dan le wvazinaz ki mo bat twa ek dominn twa, mo pou touy ek bles enn dimounn dan to fami, mo pou al ferme », avait lancé le récidiviste.

Du 2 juin au 2 juillet, ce dernier a séquestré la jeune femme en l’empêchant de sortir. Entre-temps, il la torturait après chaque dispute. Le 2 juillet, alors que son amoureux était absent, elle a réussi à contacter un proche qui est venu la libérer dans la maison en enfonçant la porte de la maison. Elle s’est alors rendue à la police pour chercher de l’aide.
Quatre jours plus tard, le suspect s’est présenté au poste de police de Beau-Bassin pour signer le Register Book étant donné qu’il était en liberté conditionnelle pour un autre délit. La police l’a informé qu’il était recherché pour une affaire de Rogue and Vagabond. Il s’est emporté et devait hurler : « Mo pa pou al okenn plas mwa, mo pa fer nanyen. Pa rod met lamin lor mwa, mo pe ale mwa. Pa rod aret mwa ou tous mwa, zot pa pou kapav fer nanyen. »

Les policiers l’ont dirigé dans l’Enquiry Room où il a tenté de faire de la résistance en mettant à terre deux policiers. Le jeune homme a réussi à quitter le poste de police au nez et à la barbe des officiers présents. Il avait laissé sa veste sur place. Finalement, ce n’est que mercredi qu’une équipe de la CID l’a arrêté pour le confier à la police. Et il a une nouvelle fois tenté de s’enfuir en Cour le lendemain.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour