– Le Dr Vishal Jaunky remporte sa “judicial review” contre l’octroi du poste de Lecturer en 2017 à une candidate aux aptitudes moindres

– « In the circumstances, the appointment was manifestly unreasonable and so outrageous in its defiance of logic », conclut la Senior Puisne Judge Rehana Mungly-Gulbul

Après quatre ans, le Dr Vishal Jaunky a remporté en Cour suprême sa bataille légale contre le Mauritius Institute of Education et le ministère de l’Éducation concernant la nomination au poste de chargé de cours qui avait été advertised en décembre 2017. L’État a ainsi essuyé un cinglant revers dans le jugement rendu par la Senior Puisne Judge Rehana Mungly-Gulbul qui estime que « there is barely any comparison » entre l’enseignant du secondaire et celle qui avait obtenu ce poste du Mauritius Institute of Education.

En effet, le Dr Jaunky avait postulé pour le poste de chargé de cours au Mauritius Institute of Education (MIE) en décembre 2017. Mais à sa grande surprise, ses qualifications et son expérience dans l’enseignement ne lui ont pas valu le poste et c’est une candidate qu’il considérait inférieure à son grade qui avait été choisie. L’enseignant du secondaire avait demandé une révision judiciaire afin que justice soit faite dans son cas. L’habitant de Curepipe avait avancé que l’offre d’emploi publiée en décembre 2017 stipulait que la priorité serait accordée aux candidats ayant les qualifications « plus élevées et appropriées » en pédagogie.

Selon les documents déposés en Cour, le Dr Vishal Jaunky est titulaire d’un doctorat en économie et a fait un Postdoc à l’université Lulea, en Suède. Il a été chargé de cours à plein-temps à l’université de Maurice. Il a aussi enseigné à l’université de Technologie, à l’Open University et au Charles Telfair Institute, contrairement à la candidate choisie qui, selon lui, n’a qu’une maîtrise en économie et ne possède pas de compétences poussées dans l’enseignement.

D’ailleurs, ils étaient trois candidats qui avaient été retenus pour le poste. Le plaignant fait ressortir dans les documents que la candidate choisie a travaillé comme enseignante dans un collège privé pendant six mois pour ensuite se joindre à la Competition Commission of Mauritius. Comparant ce qu’il détient comme qualifications et expérience à celle qui a été choisie au poste de chargé de cours au MIE, le Dr Jaunky avait soutenu que la décision du MIE et du ministère de l’Éducation était « irrational and consequently unfair, unjust and unreasonable in Wednesbury sense by disregarding the principles of merit in as much as the MIE has selected someone who is less qualified than me, and has no pedagogical experience and less relevant work experience than me », ajoutant qu’il y aurait eu abus de pouvoir dans l’exercice de recrutement. L’enseignant de Curepipe avait aussi souligné que le MIE ne l’a même pas informé qu’il n’avait pas été retenu pour le poste.

Dans son jugement, la Senior Puisne Judge Rehana Mungly-Gulbul laisse entendre qu’au vu des qualifications de Vishal Jaunky et de la candidate choisie, « we are left to speculate as to the criteria in the Scheme of Service that the MIE took into consideration in selecting and appointing the candidate on account of a “higher and more appropriate pedagogical” qualification ». Selon la juge, les faits ci-dessus parlent d’eux-mêmes et un examen de l’expérience, des réalisations, des qualités ainsi que des qualifications requises des candidats pour répondre aux exigences des critères prescrits par le MIE confirme le caractère manifestement déraisonnable de la décision prise de choisir l’autre candidat et non pas Vishal Jaunky.

« There is on the face of it barely any possible comparison between the applicant and the co-respondent in respect of all the prescribed criteria », soutient la SPJ Mungly-Gulbul, qui ajoute que : « an analysis of the respective qualifications and experience of the applicant and the co-respondent in respect of all the criteria prescribed by the respondents strongly rebuts the contention of the respondents that the uncompleted PGCE of the co-respondent would justify her appointment as a better and more suitable candidate than the applicant. »

Rehana Mungly-Gulbul note également qu’il n’y a, en effet, absolument aucune indication qui puisse justifier ou amener à accepter l’évaluation de l’aptitude des candidats réalisée au cours d’un entretien qui est resté totalement obscur. « In the circumstances the appointment was manifestly unreasonable and so outrageous in its defiance of logic. We accordingly quash the MIE and Ministry of Education’s decision appointing the co-respondent to the post of Lecturer at the MIE, advertised in December 2017 », conclut-elle.