Photo d'illustration

Les juges Gaytree Jugessur Manna et Denis Mootoo écouteront la pétition électorale logée par Ezra Jhuboo sur le fond le 24, et ce, après avoir tranché sur les objections préliminaires soulevées. Cette pétition électorale porte sur un recomptage des votes partiels dans la circonscription de Savanne/Rivière-Noire (No 14) lors du scrutin du 7 novembre 2019. Elle sera la première pétition électorale a été prise sur le fond devant la Cour suprême.
Le candidat battu du PTr Ezra Jhuboo réclame un recomptage des votes dans la circonscription No 14, où il a terminé à la quatrième place, soit juste derrière Prakash Ramchurrun, de l’Alliance Morisien, avec 185 voix d’écart.

Mardi, les juges Gaytree Jugessur-Manna et Denis Mootoo ont rendu un jugement interlocutoire dans le cadre des objections préliminaires. Ezra Jhuboo avait amendé sa pétition électorale avec de nouvelles raisons de contestations des élections au No 14. Il fait principalement état de « zones d’ombre » entourant la Computer Room », plus précisément concernant les officiers choisis pour entrer les données et le comptage des voix, le fait de n’avoir pas eu accès à cette salle ou encore la crédibilité de ce système, qui avait eu une panne pendant le dépouillement.

Le commissaire électoral et le Returning Officer au No 14 avaient objecté que des réponses soient ajoutées dans le dossier pour la tenue du procès, avançant comme raison le fait que ces réponses soulèvent de nouveaux problèmes qui n’ont pas été mentionnés dans la pétition électorale et que, de fait, ils n’auront pas l’opportunité de se défendre lors du

procès.
Dans leur jugement interlocutoire, les juges ont donné raison au commissaire électoral et à l’Electoral Supervisory Commission estimant que le pétitionnaire a soulevé de nouveaux sujets qui n’ont pas été abordés dans sa pétition électorale. Les juges ont ainsi ordonné à ce que les paragraphes 10 et 16 de la réponse du pétitionnaire aux défendeurs soient exclus. Des paragraphes qui avaient trait au positionnement des Counting Agents dans les salles et la façon de faire du Campaign Manager le jour du scrutin.

La pétition électorale d’Ezra Jhuboo sera ainsi la première à être entendue en Cour suprême. En raison du confinement, du retard avait été pris pour fixer les dates de la prise sur le fond des pétitions électorales. Les autres pétitions électorales seront fixées prochainement, plusieurs d’entre elles devant être appelées depuis le 3 mai pour pouvoir clore les débats préliminaires, dont celle de Navin Ramgoolam au No 10, ou encore Suren Dayal au No 8, réclamantr carrément l’invalidation de ces élections du Premier ministre, Pravind Jugnauth.