Fayzal Ally Beegun : “Inhumain et irresponsable de prendre de telles décisions !”

Des médecins : “Plus de 40 cas positifs détectés auprès des travailleurs étrangers: c’est le résultat d’avoir mis leurs dortoirs en zone rouge…”

La nouvelle tombée en début de soirée, samedi, à l’effet que cinq autres dortoirs de l’île étaient décrétés zones rouges par les autorités. « Illogique, irresponsable, incompréhensible » : c’est en ces termes que syndicalistes et médecins  qualifient la décision prise, une fois de plus, de placer des travailleurs en zone rouge. Sentiment que résume la Confédération des Travailleurs des Secteurs privé et public (CTSP) : “Kan met enn dortwar an zonn rouz, li kouma dir pe avoy bann travayer labatwar…”

Ce que confirment d’ailleurs des médecins : “dès la première fois, la semaine dernière, quand les autorités ont décrété que les dortoirs de L’Amitié étaient des zones rouges, nous, de même que d’autres syndicalistes, avions dénoncé cette décision injustifiable. Et tous, nous avions dit que l’un des résultats inévitables serait que le taux de contamination allait décupler et augmenter à une vitesse vertigineuse. C’est ce qui s’est effectivement passé !”

Quand le communiqué du NCC a évoqué, hier, “que sur les 77 nouveaux cas enregistrés, 40 proviennent des employés de Princes Tuna, se trouvant en quarantaine, les gens ne sont pas dupes ! Ces travailleurs étaient probablement négatifs, au départ, et une fois qu’ils ont été enfermés avec des cas positifs qui n’avaient pas été détectés quand leurs dortoirs ont été décrétés zones rouges, eh bien ils ont fait les frais… et ont fini par contracter le virus invisible.”

Ce qui rend furieux Fayzal Ally Beegun, défenseur des droits des travailleurs étrangers : “dès le départ, nous les syndicalistes, avons tiré la sonnette d’alarme, sur ce point. Ala rezilta aster !”

Reeaz Chuttoo fait remarquer que “la semaine dernière, les autorités ont finalement accepté de procéder à des dépistages auprès des travailleurs étrangers de l’Amitié et leur transfert vers des centres de quarantaine ! Sinon ils seraient restés enfermés dans leurs dortoirs.” Il ajoute : “pour ce qui est d’avoir décrété cinq autres dortoirs des zones rouges, pour nous, cela équivaut à envoyer ces travailleurs à l’abattoir. Car en les enfermant dans les conditions que l’on sait, on ne solutionne nullement le problème. Bien au contraire, on l’envenime !”

Syndicalistes et médecins déplorent le fait que “dans leurs communiqués et même quand les médias les interpellent, les autorités restent très vagues et ne communiquent pas les détails. Par exemple, on a appris que cinq dortoirs sont fermés. On sait dans quelles régions mais pas pour quelles entreprises. Ce n’est pas dans un but de stigmatiser, mais uniquement pour pouvoir intervenir où il faut et aider à décanter la situation !”

Fayzal Ally Beegun est d’avis que “le ministre Kailesh Jagutpal devrait aller sur place, regarder dans quelles conditions se trouvent la plupart de ces dortoirs que nous avons à Maurice, avant de prendre de telles décisions ! Enfermer ces travailleurs, c’est les condamner !”

Le syndicaliste Beegun souhaite également “que les représentants des travailleurs étrangers qui sont les plus nombreux dans le pays, nommément les ambassadeurs de l’Inde, du Bangladesh et de Madagascar aillent voir dans quelles conditions vivent leurs ressortissants. Et qu’ils prennent en considération qu’avec le Covid-19, ces décisions ne sont aucunement en leur faveur !”