L'ICAC dans les locaux du ministère de la Santé
  • Des réclamations supplémentaires de quelque 7 000 euros, soit 20% de plus, par « Ventilator » venant d’Espagne soumises à la Santé et à la STC
  • La déclaration de Pravind Jugnauth au sujet des contrats d’approvisionnement de médicaments pour Rs 1,5 milliard suscite des objections lors de la réunion de l’ICAC Parliamentary Committee

Les dessous du dossier des Emergency Procedures pour l’approvisionnement du ministère de la Santé en médicaments et équipements médicaux d’une valeur de Rs 1,5 milliard pendant le Lockdown, continuent de s’épaissir.

En marge de l’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) – avec sa nouvelle technique de perquisitions simultanées aux ministères de la Santé et du Commerce et à la State Trading Corporation sans oublier le QG d’Hyper Pharm Ltd –, deux nouveaux détails troublants sont venus se greffer au contrat le plus important, soit celui d’un peu moins d’un demi-milliard alloué à la compagnie espagnole Pack & Blister.

Outre le fait que le cerveau derrière Pack & Blister est fiché et a été condamné pour fraude fiscale en Europe, le coût des Ventilators commandés enfle de quelque 20%. Mais plus accablant encore est le fait que le lien entre les autorités locales, notamment la Santé, le Commerce et la STC, ne serait autre qu’un proche d’une Very Very Important Person (VVIP) du gouvernement.

Entre-temps, la réunion du comité parlementaire de l’ICAC d’hier a été marquée par de vifs échanges au sujet de la déclaration du Premier ministre, Pravind Jugnauth, quant aux contrats de médicaments et d’équipements médicaux pendant la période de confinement de mars à juin de cette année.

Très proche parent.

Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources convergentes indiquent que le Local Agent de la société espagnole Pack & Blister ne serait nul autre qu’un très proche parent d’un Senior Member du gouvernement.

Mais, à ce stade, les sources préfèrent jouer la prudence, dans l’attente de compiler de plus amples détails concernant la connexion Pack & Blister à Maurice, qui a décroché deux contrats, soit celui du 3 avril 2020 pour un montant de Rs 476 329 362.30 et celui du 10 juin dernier pour Rs 30 395 400, de loin le montant aggloméré le plus élevé de cet exercice se déroulant sous des Emergency Procedures.

Ces mêmes milieux se disent convaincus que l’identité de ce Missing Link pourrait être révélée lors d’une opération « Klinik Mama » dans une tentative de Management of Public Opinion orchestrée par Lakwizinn du Prime Minister’s Office.

Toutefois, pour l’instant, la State Trading Corporation et le ministère de la Santé doivent traiter une Very Hot Political Potato toujours par rapport aux contrats alloués sous le COVID-19 Gate.

En effet, Le Mauricien a obtenu la confirmation que Pack & Blister réclame une révision à la hausse de l’ordre de 20%, soit quelque 7 000 euros (plus de Rs 300 000) par unité de la cinquantaine de Ventilators agréés.

Officiellement, à l’hôtel du gouvernement l’on avance que ce montant supplémentaire s’impose pour couvrir les frais des accessoires devant compléter les équipements commandés.

Hantise.

Cependant, dans d’autres quarters, l’on s’interroge sur les spécifications d’appels d’offres pour les 50 Ventilators du contrat passé avec Pack & Blister le 3 avril dernier.

« Un examen minutieux des spécifications définies par le ministère de la Santé devra pouvoir déterminer si les réclamations de Pack & Blister se justifient ou si c’est un vieux truc du métier d’oublier des détails cruciaux dans le contrat pour gonfler le montant a posteriori… Dans ce dernier cas, des explications devront être fournies par des techniciens de la Santé », fait-on comprendre alors que les dossiers saisis par des limiers de l’Independent Commission Against Corruption à la Procurement Unit du ministère de la Santé mercredi devront contenir une partie de la réponse à ces interrogations.

Dans les rangs de l’opposition, notamment du parti Travailliste, qui suit de près l’évolution de ce scandale avec un parfum de fraude et de corruption, l’on dénonce le fait que les Ventilators, équipements médicaux critiques dans la thérapie contre COVID-19, n’ont pas encore été livrés à Maurice.

L’une des hantises au plus haut échelon du ministère de la Santé est de pouvoir régler dans les meilleurs délais le dernier point en litige, soit les réclamations supplémentaires de 20% par unité en vue de réceptionner officiellement ces équipements de Pack & Blister avec les premiers Advance Payments d’un demi-milliard déjà effectués.

« Désaveu au Premier ministre ».

Par contre, la déclaration du Premier ministre, montant en ligne pour défendre des membres du gouvernement, en parlant d’allégations infondées, a animé les délibérations de la réunion de la Commission parlementaire de l’ICAC.

L’opposition, menée le président du parti Travailliste, Patrick Assirvaden et comprenant entre autres Ritesh Ramful, Kushal Lobine et Farhad Aumeer, est montée en première ligne pour demander au directeur général de l’ICAC, Navin Beekharry, « s’il sera en mesure d’apporter un désaveu au Premier ministre dans son enquête sur les Emergency Procurements de Rs 1,5 milliard ».

Exerçant la pression sur le No 1 de l’ICAC, les représentants de l’opposition auraient fait comprendre que « l’ICAC en mobilisant autant de ressources pour cette enquête, n’est-elle pas en train de se lancer une opération Gaspiyaz, pour ne pas dire de blanchiment des coupables, car Pravind Jugnauth, qui affirme avoir présidé les procédures, a fini de conclure que ce ne sont que des allégations portées contre des membres du gouvernement ».

Pack & Blister reste un dossier à rebondissements et une épine à la Santé et à la STC car peu importe les conclusions de l’enquête de l’ICAC, le prochain rapport du Directeur de l’Audit devra en faire état de ces dessous…