Le bébé a rendu l'âme à l'hôpital Jeetoo

Une détenue malgache, testée positive au Covid-19, et qui avait été transférée de la prison des femmes de Beau-Bassin, a dû être admise d’urgence à l’hôpital Jeetoo. « Cette jeune femme a présenté des complications », expliquent des sources de la Santé au Mauricien.
Le diagnostic est que « la détenue souffre de pathologies multiples, pour lesquelles les soins qui sont dispensés à la Special Prison for Women (SPW) de Barkly ne sont pas suffisants ». L’administration de la prison n’a voulu prendre aucun risque dans la conjoncture, quitte à revoir les arrangements et aménagements arrêtés, avec notamment la présence d’officiers à l’hôpital et des risques potentiels de contamination.

Au niveau de la prison de Petit-Verger, transformée depuis début août en centre de traitement pour les détenus masculins testés positifs au Covid-19, la situation s’est assainie, dit-on. « La plupart des détenus qui étaient en traitement sont guéris. Beaucoup ont réintégré les prisons où ils sont en détention. D’autres ont retrouvé la liberté, pour ceux qui étaient à la fin de leur détention. »

Seul inconvénient, retiennent des gardes-chiourmes : « Souvent, des parents qui viennent, lors des jours de visites, et qui ne sont pas vaccinés, présentent de faux tests antigéniques. Du coup, comme nous ne voulons pas courir de risques d’infraction à la Quarantine Act, nous parlons à ces parents et proches, leur faisant comprendre que ce subterfuge ne marche pas et qu’il vaut mieux pour eux, pour la personne détenue et pour nous tous qu’ils respectent les consignes. »