Le contentieux entre les anciens Premier ministres Navin Ramgoolam et sir Anerood Jugnauth se poursuit devant la Cour suprême, et ce, dans le cadre de la plainte logée par Navin Ramgoolam, réclamant des dommages de Rs 50 M à sir Anerood Jugnauth pour avoir tenu des propos jugés « diffamatoires » à son égard. L’affaire sera appelée devant le Master and Registrar de la Cour suprême pour des débats sur un point de droit. Navin Ramgoolam ne souhaite pas fournir plus de précisions sur sa plainte alors que SAJ, lui, en réclame.

Navin Ramgoolam réclame Rs 50 M de dommages à SAJ dans le cadre de propos que ce dernier a tenu à son égard lors d’un rassemblement du 1er mai. Selon les dires de SAJ, le leader du PTr aurait « toujours abusé de ses pouvoirs politiques et de ses contacts quand il était Premier ministre afin d’obtenir de l’argent de façon illégale ». Il déplore de plus le fait que SAJ avait déclaré qu’il avait « pris la femme d’un autre » et qu’il avait « été arrêté lorsqu’il était étudiant » en Angleterre.

L’ex-PM explique dans sa plainte que les propos de sir Anerood Jugnauth étaient « intentionnels, car ce dernier savait que la teneur du meeting allait être diffusée » sur la chaîne de télévision nationale et sur les ondes des radios privées. Navin Ramgoolam a soutenu dans sa plainte que les propos de SAJ étaient « faux » et avaient pour but « de faire croire à la population » qu’il est « malhonnête, sans scrupule et pas fiable ». SAJ insiste, lui, sur le fait qu’il ne dédommagera pas Navin Ramgoolam et, dans sa défense, il évoque l’affidavit juré par l’ex-époux de Nandanee Soornack, dans lequel de « graves accusations » sont faites à l’égard de Navin Ramgoolam.