Le General Manager de la State Trading Corporation (STC), Jonathan Ramasamy, a été interrogé vendredi matin par les enquêteurs de l’ICAC au sujet de son rôle central dans le cadre des contrats d’approvisionnement en équipements médicaux sous la formule d’Emergency Procurement pour les besoins des autorités sanitaires durant la période de COVID-19 à Maurice. En effet, la STC, sous les directives du nominé politique, a procédé à l’allocation de contrats pour le compte du ministère de la Santé pour la somme de Rs 1 040 519 412 à plusieurs compagnies, dont les Espagnoles Pack & Blister.

L’interrogatoire de Jonathan Ramasamy intervient, selon nos recoupements, après que l’ICAC a recueilli les versions préliminaires des cadres du ministère du Commerce, dont le Permanent Secretary, Jaganathan Rangan, au sujet des procédures établies et le mandat de la STC dans ce processus d’allocations de contrat. L’ICAC avait récupéré plusieurs dossiers à ce sujet au siège de la STC, et également dans deux locaux des ministères de la Santé et du Commerce, dans trois pharmacies ainsi que la société Hyperpharm lors des descentes simultanées le 15 juillet. Les enquêteurs avaient aussi saisi des équipements informatiques et les cellulaires des principaux protagonistes, dont celui de Jonathan Ramasamy. D’ailleurs, le Réduit Triangle a déjà sollicité un ordre judiciaire pour le décryptage des appareils. L’ICAC souhaite établir le rôle du General Manager de la STC dans les contrats d’approvisionnement des produits médicaux, lesquels auraient bénéficié certains de ses proches.

Cette affaire d’acquisition sous l’Emergency Procurement avait été révélée au parlement par le leader de l’opposition, Arvin Boolell, qui a questionné les contrats alloués à certaines firmes. Le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, avait indiqué qu’une enquête avait été initiée sur ces transactions. L’opposition avait aussi soulevé les liens de proximité qu’entretiendrait la majorité auprès de ceux qui ont décroché des contrats pour l’approvisionnement des médicaments et d’équipements médicaux durant le confinement sanitaire. Avec l’interrogatoire de Jonathan Ramasamy, d’importants développements au niveau de l’enquête devraient intervenir sous peu.