Saif Sadulla, un des suspects arrêtés dans l’enquête sur le meurtre de Manan Fakoo, a accusé la police de l’avoir forcé à signer des aveux. Lors de sa comparution, hier, devant le magistrat Vignesh Ellayah au tribunal de Rose-Hill, il a déclaré « MCIT inn met presyon lor mwa kot inn fer mwa sign enn papie pou dir ki Multazam Sadulla ti dir mwa pret li van akoz li ena enn travay pou al fer dan sime Manan Fakoo. Tou sa fos ». Son homme de loi, Me Shahzad Mungroo, a déposé une motion pour demander que tout interrogatoire de son client se déroule en présence de son homme de loi.

De son côté, l’avocat Yash Bhadain s’est plaint en Cour qu’il n’ait pu rencontrer son client Anas Sadulla (18 ans), en dépit d’un ordre du magistrat en ce sens mardi matin. Il s’est rendu au centre de détention de Vacoas le même jour pour avoir un entretien privé avec le jeune homme. Mais la police lui a refusé l’accès.

Pour sa part, Me Narghis Bhundun, qui assure la défense de Multazam Sadulla, a déploré l’attitude de la police car elle n’a pu, non plus, s’entretenir avec son client alors que ce dernier a même participé à un exercice de reconstitution des faits, lundi, à Vallée-Pitot.

L’avocat de Yassin Meetou, Me Rouben Mooroongapillay, a présenté une motion pour réclamer que la charge provisoire d’“aiding and abetting the author of a crime” soit rayée. Il estime que la MCIT « has gone on a fishing expedition » au vu du déroulement de l’enquête. Il a aussi fait état d’une bande sonore faisant état d’une conversation alléguée entre Saif Sadulla et un policier de la CID de Beau-Bassin. L’avocat estime qu’il pourrait y avoir un délit de “perverting the course of justice” à ce sujet. L’affaire a été renvoyée au 9 mars.

À ce stade, la MCIT a arrêté neuf suspects dans cette affaire et seul Ajam Umar Beeharry répond d’une accusation provisoire de meurtre. La police le soupçonne d’être celui qui aurait tiré trois coups de feu sur Manan Fakoo devant le domcile de celui-ci à Beau-Bassin le 20 janvier dernier. Le suspect Noorudhin Bhollah avait déclaré à la police avoir prêté sa moto à son ami Umar Beeharry le 20 janvier. Son engin ressemble à celui utilisé par deux suspects qui ont tiré sur Manan Fakoo devant son domicile.

Les cousins Sadulla, Multazaam, Mursalaat, Saif et Anas, répondent eux d’une charge provisoire de “conspiracy” de même que Belal Meetou. Tandis que Muntasir Gokhool est provisoirement accusé d’“aiding and abetting the author of a crime”. Tous nient une implication directe dans le meurtre de l’ex- gros bras. Seul Anas Sadulla a déclaré que ses cousins avaient rencontré deux hommes à moto le 19 janvier, non loin de la maison de la victime où l’un d’eux aurait déclaré que « bizin desan Manan Toro ».