Trois membres d’équipage du Wakashio ont été entendus par le Central CID, hier. Ils ont confirmé la présence du capitaine avec eux pour fêter un anniversaire alors que le vraquier se dirigeait vers les récifs de Pointe-d’Esny. « Il n’était pas dans la cabine », ont avancé les trois membres d’équipage. Cependant, ils ont été incapables de donner l’heure à laquelle Sunil Kumar Nandeshwar (58 ans) était en leur compagnie. Alors que dans sa première déclaration, le quinquagénaire avait évoqué un souci technique avec son appareil de communication. Sans compter que les deux officiers du National Coast Guard (NCG) de Deux-Frères ont déclaré dans leur version qu’ils ont essayé de contacter le Wakashio depuis 18h30 le samedi 25 juillet, mais n’ont obtenu une réponse que vers 20h15.
Selon ces trois membres d’équipage, ils ignorent si le capitaine avait laissé son second dans la cabine durant son absence. Par contre, ils n’ont pas été en mesure de confirmer au CCID des informations selon lesquelles le Wakashio s’est rapproché de nos côtes pour capter Internet. Alors que le vraquier est déjà équipé d’un système satellite pour toute communication avec l’extérieur.

Néanmoins, leurs collègues ont bien fait cette déclaration aux officiers du Mauritius Shipping qui ont, eux aussi, entamé une enquête à leur niveau. Les autres membres d’équipage seront entendus sous peu aux Casernes centrales après leur séjour en quarantaine qui devrait prendre fin ce jeudi. Le capitaine Sunil Kumar Nandeshwar sera, par la suite, confronté aux dépositions des membres de son équipage. Les trois membres d’équipage interrogés hier ont, eux aussi, fait l’historique de l’itinéraire du vraquier et ils ont confirmé avoir quitté la Chine pour Singapour et qu’ils devaient se rendre au Brésil. Ils ont dit tout ignorer concernant la “shipping route” empruntée par leur capitaine, n’ayant pas d’expertise dans ce domaine.

Par ailleurs, des membres du NCG des Salines étaient dans les locaux du CCID hier où ils ont confirmé la véracité des Diary Books de l’OPS Room du NCG, saisis mardi. Ils n’ont pas encore été confrontés aux informations inscrites dessus à la date du 25 juillet. Tandis que les deux officiers du NCG de Deux-Frères ont, eux, confirmé avoir tenté de contacter le Wakashio sur le VHF Channel 16, une fréquence utilisée par les marins pour les appels de détresse. Mais ils n’ont obtenu aucune réponse. Les deux officiers n’ont pas été inquiétés jusqu’ici, les enquêteurs leur demandant de rester à la disposition du CCID pour des compléments d’informations.

La prochaine étape de la police sera l’interrogatoire du personnel du NCG des Salines qui ont travaillé le jour de l’échouement. La police veut connaître les procédures enclenchées après que le NCG de Deux-Frères les a informés du déplacement du Wakashio à Pointe-du-Diable. Une source avance que le poste des Salines a bien contacté l’OPS Room des Casernes centrales pour parler avec les Police Headquarters. Des développements dans l’enquête du CCID devraient intervenir sous peu.