Rajcoomar Goondram
  • Le présumé meurtrier dit avoir monté un plan 24 heures avant le drame avec deux de ses collègues pour « donner une leçon à Dhiraj » (Goondram)

Raj Kumar Goondram, 27 ans, est revenu en détail sur les circonstances entourant le meurtre de son frère Dhiraj, âgé de 24 ans. « Mo frer ti pe bat mo mama andikape. Li fer dominer avek mo paran. Mo pa kapav tini kan mo papa ti rakont mwa sa », a-t-il déclaré dans les locaux de la Major Crime Investigation Team.

Et d’ajouter qu’il a décidé de prendre sa revanche « au nom de ma mère ». Il a alors monté un plan samedi en compagnie de ses deux collègues Jacques Désiré Laval Jean (46 ans) et Louis Eric Furtau (45 ans) « pour donner une leçon à Dhiraj ».

D’emblée, Raj Kumar Goondram a expliqué aux enquêteurs qu’il vit à Petit-Paquet, Montagne-Blanche, alors que ses parents résident avec la victime à Bambous. Le suspect avance que Dhiraj Goondram a changé ces derniers mois à cause de ses fréquentations et qu’il le soupçonne d’être accro à la drogue.

« Sak fwa, li ti fer dominer avek mo mama. Li pa travay. Li ti pe kokin mo mama so kas pansion », soutient-il. Et d’ajouter que son frère profite qu’il soit seul avec sa mère pour l’agresser. « Li ti pe atann mo papa al travay (comme gardien, ndlr) pou li bat mo mama », dit le suspect.

Le présumé meurtrier a aussi déclaré à la police qu’il a tenté de raisonner son frère à plusieurs reprises, mais sans succès. « Monn gard enn rankinn kont li. Sa ti pe fatig mo latet », explique Raj Kumar Goondram.

Durant la semaine écoulée, son père, Hurrydev Goondram, l’a informé que Dhiraj avait levé la main sur son épouse et lui. « Mo’nn ankoler. Mo’nn dir mo pou bizin donn li (la victime, ndlr) enn bon koreksion », précise le suspect. Il a ainsi fait part de son désarroi à ses collègues Jacques Désiré Laval Jean et Louis Eric Furtau, qui ont promis de l’aider.

C’est alors qu’ils ont alors monté un plan samedi, étant au courant que la victime avait l’habitude de rentrer tard après ses fréquentations « peu recommandables ». La bande a décidé de passer à l’action tôt dimanche matin pendant que Dhiraj Goondram serait endormi. De plus, Hurrydev Goondram serait sur son lieu de travail.

Raj Kumar Goondram a quitté sa maison, à Montagne-Blanche, tôt le matin et s’est rendu par bus à Bambous, où il a rencontré ses complices. Ils se sont introduits dans la maison de la victime en étant munis de barres de fer et d’un bâton. Ils ont alors passé à tabac Raj Kumar Goondram.

Entre-temps, Hurrydev Goondram est arrivé et a tenté de séparer les deux frères. Et avant de partir, son fils aîné a écrasé une bouteille en verre sur la tête de la victime. Ce dernier a ainsi perdu connaissance.

C’est le père qui a alerté la police. Dans un premier temps, il a prétendu ne rien savoir sur les circonstances de ce drame. La CID de Bambous l’a donc embarqué pour leur bureau, où il a avoué avoir vu son fils agresser la victime en compagnie de deux inconnus.

Alors qu’au cours d’une inspection dans la maison du crime, les éléments du Scene Of Crime Office sont tombés sur les vêtements maculés de sang de la victime et un ticket d’autobus. C’est basé sur cet élément que la police soupçonnait que Raj Kumar Goondram était sur place alors que son père niait sa présence au début.

Finalement, le frère de la victime a été arrêté par une équipe de la MCIT rue Edith Cavell, à Port-Louis, dimanche après-midi. Tandis que ses complices ont, eux, été appréhendés hier chez eux, à Chebel.

Jacques Désiré Laval Jean et Louis Eric Furtau ont confirmé leur présence sur le lieu du crime, mais ils n’ont pas encore donné des détails sur leur implication.

Les trois protagonistes ont été traduits lundi après-midi au tribunal de Bambous, où une accusation provisoire de meurtre a été retenue contre eux. Ils demeurent en détention préventive. Cette enquête se déroule sous la supervision du surintendant Bansoodeb de la CID de la Western Division et de l’ASP Seebaruth de la MCIT.