hôpital Pamplemousses SSRN
L'autopsie a été pratiquée à l'hôpital de Pamplemousses

La Criminal Investigation Division (CID) de Piton, avec la collaboration de la Crime Investigation Unit (CIU), a arrêté un deuxième médecin dans le sillage de l’enquête sur un trafic de psychotropes. Nishith Bissoonauth (28 ans), résidant Plaine-des-Papayes, est en effet soupçonné d’avoir utilisé sa position de médecin pour émettre des ordonnances à certains clients afin que ceux-ci puissent acheter des psychotropes. Il aurait ainsi agi avec la complicité du Dr Dhivish Raj Soobhug (30 ans), qui est en détention préventive depuis son arrestation, la semaine dernière, à l’hôpital du Nord.

Hormis ces deux généralistes, la police a également appréhendé Lalldhan Bissoonauth (58 ans), oncle du premier nommé, et qui est propriétaire de plusieurs pharmacies, surtout dans le nord. Munis de mandats de perquisition, les hommes du sub-inspector Juggoo et du sergent Arnasala ont ainsi perquisitionné la maison de l’oncle et du neveu samedi, sans toutefois rien découvrir de suspect. Tous deux ont ensuite été conduits au bureau de la CID de Piton pour interrogatoire.

Le médecin et le propriétaire de pharmacies se sont alors tous deux plaints de problème de santé au même moment, demandant à être examinés dans une clinique de la capitale. La police n’a pas objecté et les deux suspects ont passé la nuit en observation médicale, quoique sous surveillance policière. Ils seront provisoirement inculpés en justice quand leur état de santé s’améliorera.

Pour rappel, la police avait débarqué à l’hôpital du Nord mardi dernier après avoir appris qu’un trafic de psychotropes s’y déroulait. Un constable, se faisant passer pour un patient, avait alors rencontré le Dr Dhivish Soobhug, qui lui a confirmé le trafic. Le policier a ensuite alerté ses collègues, qui se trouvaient dans la salle d’attente, avant de révéler son identité au suspect. En fouillant le médecin, les policiers ont saisi 28 ordonnances déjà estampillées ainsi que 60 comprimés de Pregabalin. Interrogé sur ces médicaments, le praticien a déclaré : « Misie, sa bann komprime-la se bann komprime sikotrop-sa. Mo ti gard sa ek mwa pou enn klian. »

La police l’a informé qu’il avait commis un délit sous la Dangerous Drugs Act. Le médecin est ensuite resté silencieux. Les enquêteurs soupçonnent que les comprimés avaient été remis au suspect par un collègue. Concernant les ordonnances, ils sont d’avis que le suspect les utilisait pour que ses clients puissent se rendre dans une pharmacie pour acheter des psychotropes légalement, car pour ce genre de médicament, une ordonnance est requise.

Dhivish Soobhug est en détention préventive jusqu’au 22 septembre, après son inculpation provisoire en justice, La police estime que Lalldhan et Nishith seraient derrière ce trafic. L’enquête se poursuit sous la supervision du surintendant Musafeer.