– Un patient insulte deux médecins pour n’avoir pas obtenu un certificat médical

Une équipe de la Crime Investigation Unit (CIU) de la Northern Division a arrêté un médecin (30 ans) de l’hôpital du Nord pour trafic de psychotropes et d’ordonnance. La police a eu des renseignements selon lesquels cet habitant de Pointe-aux-Piments usait de sa position pour vendre des ordonnances à ces personnes qui devaient présenter un papier médical dans leur travail. Selon le nombre de “sick leaves” demandé, le prix pouvait varier entre Rs 300 et Rs 1 000.
Un constable s’est rendu sur place mardi en se faisant passer pour un patient. Il a rencontré le médecin qui a confirmé les bruits qui couraient sur son petit trafic. Le policier a alerté ses collègues dans la salle d’attente et il a révélé son identité au suspect. Les policiers l’ont fouillé et ont saisi 28 ordonnances déjà estampillées et 60 comprimés de psychotropes.

Interrogé sur ces médicaments, il a avoué que « misie, sa bann konprime la se bann konprime sikotrop sa. Mo ti gard sa avek mwa pou enn klian ». La police l’a informé qu’il a commis un délit sous la Dangerous Drugs Act. Le médecin est resté silencieux. Elle soupçonne que les comprimés étaient destinés à un proche du médecin. Quant aux ordonnances, les enquêteurs estiment qu’il les utilisait pour fabriquer de faux congés maladie à des clients ou pour qu’ils puissent se rendre dans une pharmacie pour acheter des psychotropes légalement car pour ce genre de médicament, l’ordonnance d’un médecin est de rigueur.

Après son arrestation, le médecin a été emmené au poste de police de Pointe-aux-Canonniers où il a passé la nuit en détention. Il a été inculpé au tribunal de Pamplemousses mercredi sous une accusation provisoire de “possession of dangerous drugs”. La police a saisi les psychotropes comme pièces à conviction. Elle tente d’établir à combien de personnes le médecin a émis ces ordonnances, alors que les policiers vont examiner les livres de la pharmacie de l’hôpital pour savoir si les psychotropes proviennent bien de ce lieu.

Par ailleurs, un autre incident s’est produit le même jour à l’hôpital du Nord. Un patient de 22 ans s’est présenté au “Casualty ward” en soutenant qu’il s’est blessé en effectuant des travaux chez lui. Une doctoresse (35 ans) l’a examiné. Elle a noté que les blessures n’étaient que superficielles et elle lui a prescrit des médicaments. Cet habitant de Piton a demandé un certificat médical pour un congé maladie. Mais, la médecin a opté plutôt pour un “Attendance slip” en prenant en compte l’état du jeune homme. Ce dernier s’est vexé et il a pris de force son “Casualty card”. Arrivé dans un couloir, il a lancé à haute voix devant des membres du public, « fek rant dokter, pa konn travay ».

Entretemps, un autre médecin (43 ans) en consultation dans une autre pièce est sorti en entendant du bruit dans le couloir. Il a tenté de calmer le suspect qui l’a menacé avec un casque intégral. « Kaave ta g*, sort deor mo montre twa. Tir to iniform to vini, mo montre twa ki mwa », a déclaré le jeune homme avant de partir. Les deux médecins ont porté plainte au “police post” de l’hôpital pour “Molesting a public functionary” et ils disent qu’ils se sont sentis humiliés par le comportement du jeune homme car la scène s’est déroulée devant plusieurs personnes.