Curly Chowrimootoo

Les biens accumulés par le clan du trafiquant Curly Chowrimootoo, à Cité Kennedy, sont dans le viseur de l’Independent Commission against Corruption (ICAC), qui a obtenu des “Attachment Orders” de la Cour suprême la semaine dernière. Ainsi, l’acquisition du hors-bord Maggie May fait l’objet d’une enquête qui remonte à l’année dernière.

Les enquêteurs ont appris que cette embarcation aurait fait des trajets douteux entre Maurice, La Réunion et Madagascar. Le bateau est enregistré au nom de Bibi Nazleen Mathoorah, la sœur de Nooreeza Edoo. Cette dernière a été arrêtée en septembre 2019 par l’ICAC pour blanchiment d’argent pour, justement, la « vente » du Maggie May à sa sœur. L’actuelle propriétaire, soupçonnée d’être un prête-nom, devra donner des explications sur la provenance du fonds pour l’achat de ce hors-bord, qui se trouve actuellement dans la cour de la Special Mobile Force de Vacoas. Cet ordre de la cour cible également Marie Nadia Samantha Petit, épouse du trafiquant Curly Chowrimoothoo. Elle ne peut disposer de l’argent se trouvant sur un compte bancaire.

Karine Chowrimoothoo, la sœur du trafiquant, soupçonnée d’être un prête-nom du réseau, ne peut faire aucune transaction sur un terrain avec maison sur l’avenue de l’Union, Candos. La commission anti-corruption l’avait interpellée en 2016 après les dénonciations du skipper Jean Didier Peres qui avait déclaré que Karine Chowrimoothoo lui avait donné 12 600 euros pour l’achat du hors-bord Vent de l’Est. Concernant Cédric Giano Petit, beau-frère de Curly Chowrimoothoo, l’ICAC veut savoir où il a obtenu de l’argent pour l’acquisition d’une voiture Citroen C3 et d’une moto.

Par ailleurs, l’ICAC cible aussi les proches du caïd Peroumal Veeren dont son beau-frère Dharmarajen Yagambrum qui doit s’expliquer sur l’acquisition de deux terrains à Henrietta et Saint-Julien et sur une voiture Honda Fit. La sœur du trafiquant, Vany Yagambrun, doit éclaircir l’ICAC sur l’achat d’une autre voiture Honda Fit. Le beau-frère du trafiquant, Shivayam Naken Permall, est aussi soupçonné d’avoir blanchi l’argent de source douteuse avec l’achat de deux terrains à Riche-Mare et Petit-Verger, d’un emplacement commercial au Flacq Shopping Mall et d’une voiture.

Kishen Gungaram, qui est un prête-nom dans cette affaire, doit s’expliquer sur deux motos à son nom. Selon l’ordre de la cour, les protagonistes n’ont pas le droit de vendre ou transférer les biens mentionnés dessus. En plus, ils doivent « declare in writing to the Applicant (ICAC) the nature and source of all assets so attached ».