Après l’arrestation hier de son beau-frère, Khalil Ramoly, les enquêteurs ciblent le propriétaire d’un fast-food très connu de Port-Louis

L’Independent Commission against Corruption (ICAC) fait tomber un à un l’entourage du trafiquant de drogue Sidick Islam, plus connu comme Ner. Après l’inculpation de son épouse, Naseera Vavra, alias « La Reine », sous une dizaine de charges de blanchiment d’argent, et dont elle a plaidé coupable en cour de Port-Louis la semaine dernière, les enquêteurs ont arrêté hier son beau-frère, Noorhossen Khalil Ramoly.

Ce propriétaire d’un magasin de « spare parts » sis Route Nicolay, à Port-Louis, est accusé d’avoir mis à la disposition du garde-chiourme Paul Olivier Stéphane Justine une voiture de location. Sauf qu’il n’a jamais réclamé d’argent au gardien. L’ICAC soupçonne qu’en échange, ce dernier aurait accordé certaines facilités au détenu Sidick Islam en prison. D’ailleurs, la commission Lam Shang Leen avait auditionné Paul Olivier Stéphane Justine, ce dernier ayant alors déclaré que Ner, condamné en mars 2006 à 30 ans de prison pour trafic de drogue, lui avait proposé Rs 500 000 pour « un travail illégal », qu’il dit cependant avoir refusé.

Or, la commission anticorruption a établi que de mai à novembre 2016, il avait eu 18 communications téléphoniques avec Sidick Islam. Sans compter que certains versements d’argent douteux sur son compte bancaire ont aussi été notés. L’ICAC a ainsi travaillé sur ces informations, amenant les enquêteurs à établir une connexion entre le gardien de prison et Khalil Ramoly, très proche de Ner, à qui il a d’ailleurs rendu visite en prison à plusieurs occasions.

Son nom a été cité après le mariage de sa fille, où étaient présent des policiers, dont un ancien responsable de l’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu) de Plaine-Verte. Cet « homme d’affaires » est dans le collimateur de la police et de l’ICAC depuis plusieurs mois, car soupçonné d’être impliqué dans des activités illégales. Lors de leur interrogatoire au Reduit Triangle, le gardien Paul Justine et lui ont nié les accusations de gratification. Néanmoins, ils ont été inculpés en justice.

Par ailleurs, la commission anticorruption cible le propriétaire d’un fast-food très connu de la capitale. Cet individu, actuellement en liberté conditionnelle pour une affaire de drogue, est aussi un « ami proche » de Sidick Islam. Les enquêteurs sont ainsi en possession de certaines informations relatives à un cas de blanchiment d’argent, toujours associé au réseau Ner. Cet ancien propriétaire de chevaux au Champ de Mars sera prochainement convoqué pour un interrogatoire. D’ailleurs, l’ex-juge Paul Lam Shang Leen avait demandé aux autorités d’approfondir leurs recherches sur cet individu.