La plainte a été enregistrée au poste de Rose-Hill

– « Mo mem pe donn inspekter dawat pou eklat bann Avengers », lance le suspect

Un policier de 39 ans a dénoncé un Legal Advisor, qui se trouve également être son beau-frère, et qu’il accuse de l’avoir insulté. Dans sa déposition au poste de Rose-Hill samedi, le plaignant – qui vit en concubinage avec la sœur du Legal Advisor depuis cinq ans – avance qu’il était posté dans une unité de renseignements de la police avant d’être transféré récemment dans un poste de l’ouest du pays.

Or, alors qu’il se trouvait dans cette dernière unité, des collègues de son ancien département lui auraient appris qu’un inspecteur de police avait affirmé qu’il aurait utilisé une moto de la police pour « convoyer de la drogue », ajoutant qu’il serait même « un dealer ». Des accusations que le plaignant a immédiatement réfutées, expliquant que la moto évoquée avait en fait été déclarée volée en février à Petite-Rivière.

Mais l’histoire ne s’est pas arrêtée là. Ainsi, le constable avance qu’il se trouvait chez lui vendredi dernier quand son beau-frère est arrivé à bord d’une Mercedes noire, ajoutant que ce dernier l’aurait ensuite insulté en public, lui lançant : « Monn pey inspekter S. pou fer twa al travay lor shift dan stasyon. Mo pa ankor fini ar twa. » A un moment, affirme le plaignant, son beau-frère aurait même évoqué l’équipe des Avengers, qui travaille sur des affaires de décès non-élucidés. « Inspekter travay pu mwa. Mo mem pe donn li dawat pou eklat bann Avengers ek pe fer sa bann gopia-la gagn bon. ».

Par la suite, le Legal Advisor lui aurait déclaré que l’inspecteur de police en question lui aurait remis les relevés téléphoniques du constable, avant d’alléguer que le plaignant aurait « perdu sa moto » à Petite Rivière en « rencontrant une femme ». Des propos qui, selon le policier, l’auraient choqué, ainsi que sa compagne et sa famille. Aussi réclame-t-il une enquête afin d’établir le lien entre le suspect et son « ami » inspecteur de police, qui divulguerait des informations confidentielles à une « unautorised person ».

En attendant, sa déposition a permis d’établir qu’une équipe du National Security Service (NSS) surveillerait le travail des Avengers sur le terrain. Le constable, pour sa part, a promis de venir « avec plus de détails » concernant sa plainte si nécessaire. Pour le moment, une simple enquête pour « insultes » a été ouverte.