Du nouveau dans l’affaire du meurtre de Jean Deveaux Augustin (54 ans), lynché dans un bâtiment à Karo Kalyptis dans la nuit du 10 au 11 juin. La Major Crime Investigation Team (MCIT) est en effet convaincue que le crime a été commandité par un baron de la drogue. C’est ainsi que les enquêteurs ont appréhendé Mohammade Yassar Auliar, âgé d’une vingtaine d’années, la semaine dernière, cet habitant de la capitale étant soupçonné d’avoir attiré la victime dans un guet-apens.

Le quinquagénaire aurait volé un colis de drogue appartenant à ce trafiquant, selon la police, laquelle drogue aurait déjà été écoulée sur le marché. Après quoi, pendant plus d’un mois, des émissaires auraient tenté de convaincre la victime de rendre l’argent, ce qu’il a refusé. D’après la MCIT, Yassar Auliar aurait été recruté par les proches du trafiquant afin de convaincre Jean Deveaux Augustin de quitter sa maison, à Baie-du-Tombeau, afin de rencontrer les présumés meurtriers et de conclure un marché.

La victime a accepté, sans se douter qu’elle allait ainsi tomber dans un piège. Ainsi, au lieu de trouver un compromis, le quinquagénaire a été séquestré et lynché. Yassar Auliar, estime d’ailleurs la police, était non seulement au courant du plan, mais il aurait même assisté à l’agression. En contrepartie, il devait recevoir une commission ainsi que de la drogue.

Le suspect Shayne Wong Ken (24 ans) a ainsi évoqué une somme de Rs 300 000 pour passer à tabac le quinquagénaire. Dans sa version, ce dernier dit connaître Yassar Auliar et que celui-ci l’aurait convaincu de l’aider. Son complice présumé ainsi que l’autre suspect, Jean Eric Baptiste (26 ans), n’ont pour leur part rien voulu dire quant à leur présence à Karo Kalyptis le soir du drame.
Les faits remontent aux petites heures du vendredi 11 juin. Ce matin-là, l’Adsu a reçu un appel anonyme faisant état de la séquestration d’un homme dans un bâtiment de Karo Kalyptis. Une fois sur les lieux, les policiers sont alors tombés sur deux suspects qui tentaient de s’enfuir. Jean Deveaux Augustin, lui, se trouvait à même le sol. Grièvement blessé, il avait des difficultés à parler. Finalement, la police a pu rattraper Jean Eric Baptiste, que la victime a directement identifié comme étant un de ses agresseurs. Interrogé sur les raisons de son agression, le quinquagénaire devait simplement lancer : « Mo pa pou kapav donn okenn lanket aster-la ! »

L’ADSU l’a emmené à l’hôpital Jeetoo, mais l’homme est décédé quelques heures après son admission. L’autopsie a attribué sa mort à un “hemorhagic shock due to multiples contusions”. À ce stade, aucun des trois suspects arrêtés n’a donné le nom du trafiquant de drogue.