Me Neerooa, représentant du DPP en cour de Moka, vendredi
  • Débats en Cour de Moka sur la comparution de l’ex-ministre Sawmynaden, et le tandem Appanah/Bonomally

Le représentant du Bureau du Directeur des Poursuites publiques (DPP), Me Azam Neerooa, Senior Assistant, a tenu à être clair dans ses propos pour justifier sa requête à la magistrate Vidya Mungroo-Jugurnath au tribunal de Moka dans le cadre de l’enquête judiciaire, afin que Vinay Appanna et Deepak Bonomally soient assignés à comparaître comme témoins et pour que l’ex-ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden, soit ajouté à cette même liste. Dans un exposé d’environ une heure, il devait rappeler à la magistrate que « c’est le DPP qui a requis la mise sur pied d’une enquête judiciaire sur la cause du décès de Soopramanien Kistnen », et ce, non seulement pour faire la lumière sur la cause de la mort de ce dernier, mais aussi sur les circonstances connectées à ce décès. Ajoutant que la Cour « a pour obligation, selon les paramètres de la loi, de procéder à l’audition des témoins qui seraient au courant des faits et circonstances » et que de déroger à la règle rendrait de fait l’enquête judiciaire incomplète.

Les travaux de l’enquête judiciaire au tribunal de Moka ont repris sans audition de témoins, mais par une longue déclaration du DPP visant à rappeler l’essence de cette enquête judiciaire et des obligations selon la loi. Il a ainsi d’abord rappelé que c’est le DPP, sous l’article 111 de la District and Intermediate Court Jurisdiction Act, qui a réclamé la mise sur pied d’une enquête judiciaire à travers un communiqué émis le 1er décembre dernier. Selon la loi, dit-il, la Cour de district présidant cette enquête judiciaire « a pour obligation de procéder à l’audition des témoins qui seraient au courant des faits et circonstances » et que, de ce fait, le fondement de cette enquête judiciaire est que la Cour auditionne les témoins, assignés à comparaître par le DPP pour faire la lumière sur ce décès suspect.

Me Neerooa explique ainsi que « the DPP is sovereign regarding whom to call as witness » et que la tâche de la magistrate est « d’agir comme l’enquêteur » et doit, par la suite, remettre son rapport contenant ses conclusions au bureau du DPP. Et de rappeler que les circonstances connectées à ce décès « peuvent être d’une grande ampleur », raison pour laquelle, selon Me Neerooa, tous ces aspects doivent être analysés dans cette enquête judiciaire, « sinon l’enquête judiciaire sera un échec ».

Me Neerooa soutient ainsi que la magistrate « is duty-bound to hear all those witnesses according to law », soit pour une enquête complète, justifiant ainsi la raison pour laquelle les témoins Vinay Appanna, Deepak Bonomally et Yogida Sawmynaden sont primordiaux pour la bonne tenue de cette enquête judiciaire. D’autant plus, reprend-il, que la Cour « ne peut anticiper » ce que pourraient apporter ces témoins à l’enquête. Il rappelle ainsi que ces trois noms ont été mentionnés « à maintes reprises » par les témoins qui se sont succédé dans le cadre de l’enquête judiciaire, soit pour des affaires de contrats pendant le confinement de COVID-19, et dans lesquels le défunt était impliqué en tant que soumissionnaire déchu.

Yogida Sawmynaden et son frère Koomada avaient, eux, été cités au départ par la veuve de Soopramanien Kistnen, Shakuntala Kistnen, comme de potentiels meurtriers de son époux. Ainsi, Me Neerooa rappelle que Koomada Sawmynaden a eu l’opportunité de se justifier dans l’enquête judiciaire lorsqu’il avait été appelé à la barre des témoins, et qu’il devrait en être de même pour Yogida Sawmynaden.

Par ailleurs, selon Me Neerooa, il a été indiqué lors de ces travaux que Soopramanien Kistnen devait rencontrer Vinay Appanna et Deepak Bonomally à La Louise le 16 octobre 2020, ce vendredi fatidique, où il avait été porté Missing avant d’être retrouvé sans vie et le corps en partie calciné dans un champ de cannes à Telfair, Moka, le dimanche 18 . « This is sufficient to show why these witnesses are relevant… These witnesses are not only most relevant but potentially persons who should be called as they may know the facts and circumstances of this case », soutient-il encore. La magistrate rendra sa décision à ce sujet ce 19 février.

Il faut également savoir que Keshwari Poonyth, qui avait fait un malaise lundi, est toujours admise à l’hôpital, comme est venu le confirmer en Cour son époux Ashwin. Aussi, la magistrate a dispensé de comparution Keshwari Poonyth, à condition toutefois que le certificat médical attestant de son état de santé lui soit transmis « dans les plus brefs délais ».

L’enquête judiciaire reprendra demain avec la décision attendue de la magistrate pour convoquer ou non les témoins Yogida Sawmynaden, Vinay Appanna et Deepak Bonomally.


Me Rama Valayden : « “Cover-up” à plusieurs niveaux »

À sa sortie du tribunal de Moka après l’ajournement des travaux de l’enquête judiciaire, Me Rama Valayden, qui mène le panel d’avocat des Avengers, devait faire part à la presse d’une institution bancaire « ki pe fabrik evidans pou sey sap enn dimounn ». Il avance avoir obtenu des renseignements à ce sujet et lance de fait une mise en garde contre cette banque, qui risquerait de subir « de lourdes conséquences ».

Me Valayden affirme qu’une lettre a été adressée à la Banque de Maurice pour faire part de ces agissements, évoquant même « un “cover-up” à plusieurs niveaux ». L’homme de loi conclut en lançant que « boukou lezot dosie kont lezot minis ki pou sorti dan bann zour avenir ».